Affaire Velud: Créteil essaie de faire comme si de rien n'était

FOOTBALL Après l'agression de leur coach, les joueurs cristolliens tentent de se concentrer sur leur métier...

A.M.

— 

«On est sous le choc.» Rudy Carlier, l’attaquant de Créteil (National), n’en revient toujours pas. Vendredi, Hubert Velud, leur entraîneur, a été agressé par trois hommes cagoulés dans le parking de son immeuble. Depuis, le technicien est reparti en Corse. Les joueurs, eux, tentent de continuer à faire leur métier. Dès vendredi, ils reçoivent Rodez, pour la 32e journée de National.

«On a été un peu surpris de la nouvelle. Au début, on savait qu’il n’était pas là, mais on pensait que c’était un problème personnel. Personne ne s’attendait ça. Le truc, c’est qu’il faut se reconcentrer vite, même si c’est triste à dire», poursuit l’ancien strasbourgeois.

Pour le moment, les séances sont assurées par l’adjoint d’Hubert Velud, Rui Pataca, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions. Dans une ambiance forcément particulière, alors que les agresseurs seraient passés à l’acte en raison des choix tactiques de Velud. «Forcément, on ne travaille pas dans les meilleures conditions. Le problème est là, on lit des choses dans les journaux, mais en interne, on n’en sait pas plus», poursuit Rudy Carlier. Qui n’attend qu’une seule chose: «les résultats de l’enquête. Ca calmera les choses.»