Ski: 2011, une saison de référence pour la France

© 2011 AFP

— 

La saison de ski alpin, qui s'est achevée dimanche à Lenzerheide, restera comme un hiver de référence pour l'équipe de France, avec 20 podiums dont 8 victoires en Coupe du monde et 4 médailles aux Mondiaux, même s'il n'y a pas eu de globe de cristal au bout.

En France, la densité. Vingt podiums, c'est le record égalé de la saison 2000-2001 (mais seulement 6 victoires). Lors de l'exercice 1991-92, on avait dénombré 8 succès (pour 12 podiums), dont 7 signés par la seule Carole Merle. Cette saison, 8 skieurs et 2 skieuses sont montés au moins une fois sur le podium. Les disciplines techniques ont été en pointe avec le slalomeur Jean-Baptiste Grange et la géantiste Tessa Worley, trois victoires chacun, embellies par l'or mondial pour le Savoyard et le bronze pour la jeune femme. "On a fini la phase de reconstruction mais on ne doit pas s'arrêter là. L'équipe de vitesse a fait un bon pas en avant sur le plans individuel et collectif", a souligné le directeur d'équipe, Gilles Brenier. Si les hommes +jet+ ont décollé, leurs collègues féminines, lestées par le manque de confiance, ont constitué le point noir du bilan. "Il faudra qu'on provoque des changements", a indiqué le DTN Fabien Saguez. Responsable du secteur depuis cinq ans, Laurent Chrétien sera donc remplacé.

Kostelic, l'homme de la saison. Après Janica, le frère aîné Ivica. Ivica Kostelic, né lui aussi pour gagner, a mené à bien son escalade au sommet du classement général, sous la conduite de son père et entraîneur Ante. La preuve est faite qu'avec de la volonté et de la méthode, une "petite nation" sans tradition peut jouer dans la cour des grandes. Kostelic avait déjà gagné virtuellement le grand globe de cristal à la fin d'un mois de janvier qu'il avait écrasé: 7 succès en 15 courses. Le skieur de Zagreb a aussi profité des problèmes de santé du Suisse Carlo Janka, le vainqueur précédent redevenu anonyme cette saison. Chez les dames, l'hiver s'est résumé à un duel entre l'Allemande Maria Riesch et l'Américaine Lindsey Vonn, qui s'est consommé le dernier jour. Et pour trois points, c'est Riesch qui a privé son amie et meilleure ennemie d'un quatrième grand globe de cristal consécutif.

L'Autriche, première mais à la peine. Certes la Wunderteam a gagné une fois de plus le classement des nations, devant la Suisse, l'Italie et la France. Mais l'écart s'est resserré. La slalomeuse Marlies Schild, avec 6 succès, et le descendeur Michael Walchhofer (4) ont tenu la Maison. L'Autriche a accusé pas mal de coups durs cet hiver: plusieurs de ses coureurs, dont Hans Grugger, victime d'une terrible chute à Kitzbühel, le vieux lion Benjamin Raich et le jeune Marcel Hirscher ont terminé sur la table d'opération. A 35 ans, Walchhofer a fait ses adieux au Cirque blanc pour s'occuper de son hôtel à Altenmarkt. Le Suisse Didier Cuche, capable de gagner les deux globes de la vitesse (descente et super-G) à 36 ans, est lui reparti pour au moins une saison.

Des Finales tronquées. Avec seulement quatre des huit épreuves disputées, à causes du mauvais temps, les Finales de Lenzerheide ont montré les limites du calendrier de la Coupe du monde. Le réglement ne prévoit plus de journée de réserve pour pouvoir reporter les épreuves. Les super-G et géants (dames et messieurs) sont ainsi passées à la trappe, sans que les derniers prétendants aux petits globes aient l'occasion de pouvoir défendre leurs chances face aux leaders. Or ce sont deux disciplines déjà sous-représentées dans le programme.