Anthony Réveillère: «Cristiano Ronaldo n'est pas arrogant»

FOOTBALL Le défenseur latéral de l'OL évoque son duel avec la star du Real Madrid...

Propos recueillis à Lyon par Stéphane Marteau

— 

Cristiano Ronaldo devance le Lyonnais Anthony Reveillère, le 22 février 2011 à Gerland.
Cristiano Ronaldo devance le Lyonnais Anthony Reveillère, le 22 février 2011 à Gerland. — V.Kessler / REUTERS

De notre envoyé spécial à Madrid

Leur premier face à face remonte au 15 septembre 2004, à l’époque où Ronaldo portait les couleurs de Manchester United. Appelé pour la septième fois à croiser la route du Portugais, Anthony Réveillère est donc bien placé pour s’exprimer sur l’ancien Ballon d’Or, de retour à la compétition après une élongation à une cuisse.

Comment jugez-vous l’évolution de Ronaldo par rapport à l’époque où il évoluait à Manchester United ?

C’est un joueur différent. A Manchester, il frappait beaucoup moins au but. Il était tout en dribble et en feinte de corps. Il a progressé physiquement et techniquement. Il a gagné en musculature et a épuré son jeu. Il y a moins de paillettes. Il a conservé sa technique, mais il cherche à être plus efficace avec des débordements tout en puissance, beaucoup d’appels en profondeur, de frappes. Il est fort des deux pieds et de la tête. C’est le prototype du footballeur moderne et  le meilleur joueur au monde avec Messi.

Comment faut-il défendre face à lui ?

C’est un joueur puissant face auquel il ne faut pas se jeter inconsidérément. Il faut être vigilant, agressif et ne pas le laisser libre de tout mouvement. Il faut essayer de le coller au mieux et le laisser se retourner le moins possible car sinon ça va très vite. Face à lui, il vaut mieux faire des prises à deux que de défendre en un contre un car sur le côté gauche, il peut aussi bien déborder que rentrer à l’intérieur. Mais le problème, c’est que le danger ne vient pas que de lui au Real Madrid. Il y a aussi Di Maria, Ozil et Karim (Benzema). C’est par la solidarité que nous pouvons sortir vainqueur de ce genre de match. C’est d’ailleurs ce qui a fait notre force dans chacune de nos confrontations avec le Real.

Quelle relation entretenez-vous avec Ronaldo sur le terrain ?

Ce n’est pas un mauvais mec et je n’ai jamais eu de problème avec lui. Il aime le ballon et sait bien le manier. C’est son jeu et il a toujours été comme ça. Mais il n’est pas arrogant. Il sait que le football est fait d’accrochages et il reste toujours dans son match. C’est la force des grands joueurs.