Boxe: Brahim Asloum présente l'équipe française pour le championnat WSB

© 2010 AFP

— 

L'ancien champion olympique et WBA des mi-mouche, Brahim Asloum, a présenté, jeudi à Paris, l'équipe qui représentera la France au sein des World Series of Boxing (WSB), nouveau concept qui associe un championnat de boxe par équipes et un championnat individuel.
L'ancien champion olympique et WBA des mi-mouche, Brahim Asloum, a présenté, jeudi à Paris, l'équipe qui représentera la France au sein des World Series of Boxing (WSB), nouveau concept qui associe un championnat de boxe par équipes et un championnat individuel. — Valery Hache AFP/Archives

L'ancien champion olympique et WBA des mi-mouche, Brahim Asloum, a présenté, jeudi à Paris, l'équipe qui représentera la France au sein des World Series of Boxing (WSB), nouveau concept qui associe un championnat de boxe par équipes et un championnat individuel.

La WSB a été créée par l'Association internationale de boxe amateur (AIBA) en partenariat avec l'agence mondiale de management IMG. Elle a mis en place douze franchises réparties sur trois "conférences", à l'instar de ce qui se passe en basket-ball avec la NBA.

L'Amérique sera représentée par Miami, Los Angeles, Minneapolis, Mexico, l'Asie par Astana, Baku, Pékin, Incheon (Corée du Sud) et l'Europe par Moscou, Milan, Istanbul et Paris.

"Il s'agit d'une passerelle entre le monde amateur et le monde professionnel", a expliqué Asloum, propriétaire de "Paris United", franchise française qui, s'appuyant sur l'équipe de France amateurs, rassemble actuellement quatorze boxeurs (neuf Français et cinq étrangers choisis cet été).

Parmi eux, Alexis Vastine, médaillé de bronze aux Jeux de Pékin et champion du monde militaires (poids moyens), ou le jeune poids lourds Tony Yoka (18 ans), élu meilleur boxeur des jeux Olympiques de la Jeunesse à Singapour, Jouad Chiguer, médaille de bronze des Championnats d'Europe 2008 ainsi que Nordine Oubaali (poids coq), numéro quatre mondial.

"Il s'agit d'un championnat par équipes et individuel, a expliqué Asloum. Le championnat individuel est qualificatif pour les jeux Olympiques de Londres", a-t-il précisé, soulignant avoir obtenu l'aval à l'unanimité de la Fédération française de boxe.

"La nouveauté, le chamboulement même dans la discipline, est qu'un boxeur qui combattra dans cette nouvelle ligue sans casque et sans débardeur pourra réintégrer le rang d'amateur lors des Jeux", a-t-il précisé, soulignant que les boxeurs, sous statut "néo-pro", bénéficiaient d'un contrat de trois ans.

"Il s'agit d'une révolution dans l'organisation de ce sport car il n'y a pas eu de grandes réformes depuis 1867, mise à part la réduction des combats de 15 à 12 rounds, a-t-il ajouté. Les meilleurs boxeurs (issus des JO, des championnats d'Europe ou du monde) seront mis aux prises lors d'une saison construite autour d'un calendrier précis" (de novembre à mai)", a-t-il précisé.

Au cours de chaque soirée, cinq combats en cinq rounds de trois minutes, un par catégorie, seront organisés: coq (54 kg), légers (61 kg), moyens (73 kg), mi-lourds (85 kg) et lourds (-91 kg).

Chaque équipe rencontrera les trois autres formations de son groupe quatre fois par saison. Elle effectuera donc six matches à domicile et six à l'étranger. Le vainqueur du groupe sera qualifié pour les demi-finales qui se dérouleront elles-mêmes en deux manches (domicile et extérieur). La finale aura lieu courant mai sur un site neutre.

Les boxeurs ayant remporté le plus de points se rencontreront pour l'obtention d'un titre individuel dans chaque catégorie.

Le premier rendez-vous pour "Paris United" est programmé à domicile, le 26 novembre à la Halle Carpentier face aux "Bears" de Moscou.