«Fignon, c'était l'intelligence et la ruse. C'était aussi l'insolence»

CYCLISME On vous laisse la parole...

B.V.

— 

Laurent Fignon, commentateur du Tour de France sur France Télévisions, le 29 mai 2010
Laurent Fignon, commentateur du Tour de France sur France Télévisions, le 29 mai 2010 — REAU ALEXIS/SIPA

Décédé à 50 ans, Laurent Fignon est une figure marquante du cyclisme et du sport français de la fin du XXeme siècle. Mais aussi un véritable personnage de la télévision, depuis qu'il avait accepté de commenter, malgré la maladie, le Tour de France.

Depuis 24 heures vous êtes nombreux à saluer la mémoire de Laurent Fignon, décédé à 50 ans d‚un cancer. D'abord, c'est le cycliste qui va vous manquer. «Fignon, c'était l'intelligence et la ruse. C'était aussi l'insolence. Comme on dit dans le Sud-Ouest, c'était un morpion! Quelle jouissance...», se rappelle Lite44. Même analyse pour Llaurens: «Deux souvenirs précis: en 89 il attaque de loin, seul, avec le maillot jaune sur le dos, puis en 92, il gagne à Mulhouse seul en ayant pris tous les risques depuis le début de la journée. Laurent Fignon, c'est d'abord le panache et l'attaque.» Ses victoires dans le Tour en ont ému plusieurs d'entre vous. «Je l'ai vu arriver premier au Tour de France sur les Champs-Elysées, mon fils avait deux ans. Je n'oublierai jamais la vision de cet homme avec ses cheveux attachés en une queue-de-cheval. Ses cheveux blonds de vainqueur», détaille Maroussia85.

Mais Fignon, c'était aussi un commentateur, «l'anti langue de bois, connaisseur mais pas démago», pour Llaurens. «J'espère au moins que France Télévisions passera une redif d'une étape en ton hommage», souhaite Faball. Un commentateur qui a combattu le cancer sans se cacher. Et qui vous a émus. «Dommage que tu n'aies pas vaincu le pire de tes adversaires, mais malheureusement ton combat était inégal. Salut champion, continue à pédaler sur les routes du paradis avec les autres géants pour t'accompagner», conclut Patoche relayé par Blam. «Dans le dernier contre la montre nous sommes tous perdants.»

Quel souvenir gardez-vous de Laurent Fignon? Est-il pour vous ce grand cycliste qui a gagné deux Grandes Boucles? Restera-t-il comme celui qui a perdu un tour de France pour seulement 8 secondes, le plus pétit écart? Que vous inspiraient ses commentaires à la télévision?