« Pour tous, Marseille est le club à battre »

— 

Khaled Bedhiafi, le coach de l'Amscas, espère gagner tous les matchs de la compétition.
Khaled Bedhiafi, le coach de l'Amscas, espère gagner tous les matchs de la compétition. — P. Magnien / 20 Minutes

Khaled Bedhiafi, l'entraîneur de l'Amscas, double championne du monde de roller soccer, fait un tour d'horizon de la compétition et des équipes en présence.

Comment avez-vous préparé cette
1ère Coupe d'Europe de roller soccer que vous organisez ce week-end ?
Le club a suivi un entraînement intensif avec deux entraînements par semaine depuis deux mois pour être fin prêts pour ce grand rendez-vous. Car depuis qu'on a remporté nos deux titres de champion du monde en 2007 et 2009, on est l'équipe à battre. Pour nos adversaires, on est un peu ce qu'est le Mont Blanc pour les alpinistes, le sommet à franchir ! Cela provient sans doute de notre jeu. On joue vraiment au football avec une tactique, une technique et un jeu en triangle très proche du foot en salle et très spectaculaire avec aussi beaucoup de dribbles, des retournés acrobatiques et des ciseaux.

Parlez-nous justement
de vos adervaires : Epinay sur Orges, Toulon, Pianceza, Rome et Ljubljana…
Nos adversaires développent plutôt un football classique au sol, mais qui reste très efficace. Piacenza possède un excellent patinage et on connaît l'amour des Italiens pour le football. A contrario, Rome est une nouvelle équipe qui débute dans la compétition. C'est aussi la seule formation mixte de la Coupe d'Europe. De son côté, Epinay était finaliste aux Mondiaux 2009 contre nous. Ils ont un gros niveau footballistique et de patinage. Et puis ce sont des Parisiens, donc nos principaux rivaux, mais toujours dans un bon esprit. Les Slovènes de Ljubljana avaient été la surprise du tournoi international l'an dernier. C'est une équipe qui bouge bien avec de bons patineurs et footballeurs qui pour certains ont même évolué avec Bostjan Cesar l'ex-Olympien. Enfin Toulon, ce sont nos voisins et amis. On a commencé le roller soccer en 2006 ensemble. Leur point fort, leur capitaine Anthony Avella, qui sera très motivé.
Qu'est-ce qui peut faire la différence ?
Le roller soccer est une discipline qui demande beaucoup de capacités physiques car il n'y a pas d'arrêt de jeu. Ce qui fera la différence c'est la condition physique et la technique. C'est pourquoi je suis satisfait de notre préparation. On a qu'une idée en tête : gagner tous nos matchs.Recueilli par S. D.