Aravane Rezai: «Je suis dans ma plus belle période»

ROLAND-GARROS 2010 La joueuse française a expédié la Canadienne Heidi El Tabakh au premier tour 6-1, 6-1...

Propos recueillis par M. Go.

— 

Aravane Rezai après sa victoire au premier tour de Roland-Garros, le 23 mai 2010.
Aravane Rezai après sa victoire au premier tour de Roland-Garros, le 23 mai 2010. — AFP Photo

De notre envoyé spécial à Roland-Garros

Aravane Rezai, propulsée parmi les belles cotes de ce tournoi après sa victoire à Madrid il y a une semaine, n'a pas succombé à la pression. La très faible Canadienne Heidi El Tabakh l'a bien aidée en sombrant 6-1, 6-1. la Française se confie après cette victoire express en 48 minutes.

>>Retrouvez  toutes les dernières infos de Roland-Garros ici

Etiez-vous tendue avant votre entrée sur le court?

J'étais très concentrée. J'avais pas mal de stress. Mais ca fait vraiment plaisir de voir le public qui m'attend sur le Central. Mais il ne faut pas tomber dans le piège et se déconcentrer, notamment face à une qualifiée. Il fallait serrer le jeu dès le début. J'ai beaucoup pensé à ce match samedi. J'ai fait une grosse préparation et ça a été la clé de la réussite.

En quoi consiste votre préparation mentale?

Je ne vais pas dire car c'est mon secret à moi et je ne veux pas que les autres joueuses le sachent. On en parle avant avec Patrick (Mouratoglou, son coach). C'est tout un programme.

Auriez-vous préféré vous roder face à une joueuse meilleure?

Non. C'était une belle expérience de jouer un premier tour sur le Philippe Chatrier. Il faut que je m'adapte au statut de tête de série et à jouer des filles moins fortes que moi. J'ai appris beaucoup sur ce match.

Vous sautilliez beaucoup au début du match. Pour évacuer la pression?

Oui et c'est ma façon d'être. C'est une façon de montrer que je suis présente physiquement, que je ne veux pas lâcher. C'est un tout. Ca fait partie du truc pour être dans le match dès le début.

Comment avez-vous géré la semaine entre Madrid et Roland?

J'ai essayé de ne pas lire la presse, de ne pas être au milieu de trop de gens, de rester dans ma bulle. C'est bien d'avoir gagné Madrid mais j'ai déjà oublié. Car à Roland, tout le monde repart de zéro. Je pense surtout à mes prochains matchs. J'essaye de faire abstraction de tout le reste.

L'année dernière vous aviez débuté le tournoi sur un petit court. Aujourd‚hui, on vous réserve le Central. Comment vivez-vous ce nouveau statut?

Très bien. J'aime bien ce nouveau statut. Je mérite ma place. J'ai beaucoup travaillé pour être ici. Je suis à ma place. Je me dis dans ma tête que j'ai tout à gagner. C'est une chance et je veux la saisir. J'essaye de me battre tous les jours pour être parmi les meilleures. Dans la vie d'une joueuse de tennis, il y a des étapes, des périodes hautes et basses et aujourd'hui je suis dans ma plus belle période.