Aimé Jacquet: «La vie privée de Ribéry est donnée en pâture aux chiens»

FOOT L'ancien sélectionneur des Bleus ne comprend pas l’acharnement dont le joueur du Bayern fait l'objet...

La rédaction sport avec agence

— 

 Aimé Jacquet, le 25 avril 2003 à Paris.
 Aimé Jacquet, le 25 avril 2003 à Paris. — X.Lhospice / REUTERS

«Il y a eu un problème, mais c’est son problème à lui. Qu’on en parle, c’est logique, mais qu’on en fasse la Une, ça me dépasse.» Aimé Jacquet n’a que très peu goûté le traitement médiatique qui a été réservé à Franck Ribéry depuis qu’on a appris son implication dans une affaire de proxénétisme. «Je suis extrêmement déçu que les journaux sportifs s’emparent de l’événement comme ça, je pensais qu’on parlait foot», déplore le sélectionneur champion du monde 1998, interrogé par l’AFP.

«Je suis déçu que sa vie privée soit donnée en pâture aux chiens, surtout dans notre milieu. C’est de l’hypocrisie en plus, poursuit-il. Allons, s’il vous plaît… Si on posait la question à certains, si on leur demandait comment ils se sont comportés, ils seraient embêtés, hein…» Aimé Jacquet conclut néanmoins sur une note positive: «A la Coupe du monde, il va pouvoir se venger sur le terrain, ce serait la plus belle des réponses.»

Et vous qi'en pensez-vous? La presse en a-t-elle trop fait? Ribéry est-il victime d'un acharnement médiatique? Les journaux sportifs doivent-ils relayer ce genre d'information?