Agression d’Hamraoui : De l’entraîneur du PSG féminin à Mbappé, l’impensable tentative de déstabilisation de Diallo

FOOTBALL « Le Parisien » révèle comment Aminata Diallo et un agent de joueurs officieux ont tenté de déstabiliser le club parisien pour arriver à leur fin, en essayant d’utiliser le clan Mbappé

A.M.
— 
Aminata Diallo lors du match entre le PSG et Kharkov, le 13 octobre 2021.
Aminata Diallo lors du match entre le PSG et Kharkov, le 13 octobre 2021. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA
  • Le Parisien révèle dans son édition de ce mercredi un nouveau volet de l’enquête sur l’agression de Kheira Hamraoui.
  • Les enquêteurs ont mis à jour une tentative de déstabilisation des dirigeants du PSG de la part d’Aminata Diallo et d’un agent de joueur officieux afin d’obtenir la prolongation de la joueuse, en même temps que l’éviction de Kheira Hamraoui.
  • L’enquête a d’ailleurs été élargie des chefs « d’escroquerie en bande organisée », mais pour l’instant aucune mise en examen n’a été prononcée.

Le dossier Aminata Diallo prend encore un peu plus d’épaisseur. Après les révélations de mardi, sur « une lente dérive psychologique devenue pour ainsi dire pathologique » d’Aminata Diallo qui l’aurait conduite à agresser Kheira Hamraoui, sa coéquipière, Le Parisien dévoile de nouveaux éléments ce mercredi. Le quotidien détaille une tentative de déstabilisation du PSG par l’ancienne joueuse et César M., un agent officieux de plusieurs joueuses du PSG, et le compagnon de l’une d’entre elles. Avec deux objectifs clairs : Tout faire pour évincer Hamraoui du PSG et y obtenir une prolongation de contrat en déstabilisant les dirigeants qui entraveraient leur plan. C’est la conviction acquise par les enquêteurs et les magistrats au cours de l’enquête sur l’agression d’Hamraoui, qui a d’ailleurs été élargie des chefs « d’escroquerie en bande organisée ».

Menaces à Ulrich Ramé, et déstabilisation d’Ollé-Nicolle

Les enquêteurs ont notamment intercepté une conversation le 7 avril dernier avec Ulrich Ramé, devenu directeur sportif de la section féminine du PSG, lors de laquelle César conditionne la prolongation de l’attaquante star Marie-Antoinette Katoto, dont il gère les intérêts, à la prolongation d’Aminata Diallo, et au départ de Kheira Hamraoui. Il menace également de faire éclater un scandale pour entacher Didier Ollé-Nicolle, l’entraîneur du PSG, et par ricochet, le club. « Ollé-Nicolle… C’est un scandale ! On a arrondi les angles… On a zappé… Mais il y a quand même des gens qui sont au courant… Beaucoup de gens dont moi. Imagine qu’elle pète un câble ? Imagine que le père il craque ? Tu vois, c’est pervers, c’est injuste mais enfin c’est humain… », menace César, selon les éléments révélés par Le Parisien. Quelques semaines plus tard,

La sonorisation du véhicule et du domicile de Diallo, permet, elle, de comprendre la haine que la joueuse porte à sa coéquipière. Le 21 avril, César annonce à Diallo la titularisation d’Hamraoui pour la demi-finale de C1 entre le PSG et l’OL. Aminata Diallo cible immédiatement le problème : « C’est grave. À un moment donné, s’ils se permettent de faire ça, c’est parce que les joueuses, elles ne font rien, elles ne disent rien. Les filles réveillez-vous. Le problème, c’est pas Kheira, le problème, c’est le coach et Ramé », clame-t-elle. Deux jours plus tard une bagarre éclate entre Hamraoui et plusieurs coéquipières, dont la compagne de César, et Marie Antoinette Kakoto. Une affaire révélée par un journaliste indépendant proche de Diallo bien connu des réseaux sociaux.

Un peu plus tard, ce même journaliste dévoile les soupçons d’agression sexuelle commis par l’entraîneur du PSG sur une de ses joueuses : La menace de Cesar envers Ulrich Ramé quelques semaines auparavant, visiblement mise à exécution. Une information judiciaire contre X est ouverte, et Didier Ollé-Nicole est évincé du club.

« Corinne, ne t’inquiète pas c’est prévu »

La première phase du plan alors en marche, le duo entend s’attaquer à Corinne Diacre, sélectionneuse de l’Equipe de France, qui ne compte pas sur Diallo. Dans des termes assez crus. « Wallah les petits hommes en costard qui te font des sourires par-devant !! Bande de fils de pute… Bande de bâtards va !! Et Corinne [Diacre], comment ça va Aminata ? Sale pute ! Vous croyez que c’est un jeu bande de bâtards ? Apparemment, on est une bande de caïds à Paris ? Une bande de banlieue ? Corinne, t’inquiète pas c’est prévu !! Dès que c’est prolongé au PSG, tu vas voir elle. » Pour César, il « faut leur faire la guerre » à ces « racailles de babtous ».

Diallo et César vont même plus loin « pour écarter par tous les moyens de la section féminine, Kheira Hamraoui mais également Ulrich Ramé, directeur sportif et Didier Ollé-Nicolle, entraîneur de la même formation », précise le rapport d’enquête. Et utilisent une certaine proximité avec le clan Mbappé…

Un rapprochement avec le clan Mbappé

C’est un ancien journaliste de l’Equipe, devenu très proche du clan Mbappé et originaire de la région grenobloise, comme Diallo, qui aurait servi d’intermédiaire. Une photo de l’attaquant parisien, réuni avec son conseiller et la milieu de terrain, commençait d’ailleurs à remonter sur les réseaux sociaux mardi soir. Fayza Lamari, la mère de Kylian Mbappé explique au Parisien avoir rencontré à trois reprises Aminata Diallo dans le cadre d’un projet de documentaire consacré à l’affaire Hamraoui, produit en collaboration avec Zerba Valley, une société de Kylian Mbappé, avant de couper les ponts.

Mais une conversation entre Diallo et l’ancien journaliste laisse penser aux enquêteurs que Fayza Lamari aurait pu intervenir auprès des dirigeants du club pour une prolongation de Diallo. Ce qu’ils jugent crédible puisque les deux parties évoquent comme certaine la prolongation de Mbappé au PSG, une information qui ne sera officielle que plusieurs semaines plus tard. Fayza Lamari a reconnu avoir évoqué cette prolongation avec les dirigeants du PSG, mais « dans le contexte du projet de documentaire ». Et selon elle, elle s’est retirée du projet de documentaire lorsqu’elle a appris que le PSG ne souhaitait pas prolonger Diallo.

Pour le moment, personne n’a été mis en examen dans ce volet de l’affaire Hamraoui, César n’a été entendu qu’une seule fois en janvier dernier comme témoin. Mise à l’écart du groupe depuis le début de saison, Kheira Hamraoui doit, elle, réintégrer les entraînements collectifs du PSG. Quant à Aminata Diallo, elle doit passer devant le juge des libertés et de la détention ce mercredi, après sa mise en examen pour violences aggravées et association de malfaiteurs et son incarcération, vendredi.