Marouane Chamakh: «Lyon, nos grands frères»

FOOTBALL A la veille du quart-de-finale aller de Ligue des champions, le probable capitaine bordelais décrypte les enjeux du match...

Propos recueillis par Pierre Koetschet (à Lyon)
— 
Le footballeur bordelais Marouane Chamakh, lors de la conférence de presse du 29 mars, avant le quart de finale de Ligue des champions face à Lyon.
Le footballeur bordelais Marouane Chamakh, lors de la conférence de presse du 29 mars, avant le quart de finale de Ligue des champions face à Lyon. — P.Desmazes/AFP

Avez-vous récupéré physiquement des efforts samedi?

Oui, je parle en mon nom, mais aussi en celui de tous les joueurs, je pense qu’on a récupéré, pas par tous les moyens, puisqu’on avait qu’un seul jour de récupération, mais nous allons compenser sur le plan mental parce que tout le monde a envie de jouer ce match. On va oublier l’état de fatigue. 

>> Un match à suivre et à commenter en live comme-à-la-maison mercredi à partir de 20h30 

Cris dit souvent que vous êtes l'un des attaquants les plus difficiles à marquer. Est-ce que vous pouvez lui retourner le compliment?

Bien sûr, Cris, tout le monde le connaît, c’est un défenseur assez rude, et s’il n’aime pas ne jouer, tant mieux. J’aime bien provoquer, mon défenseur, faire en sorte de l’embêter tout le match, mais Cris est un joueur qui ne lâche pas son attaquant. Il ne le perd pas de vue et fait en sorte qu’on passe une sale soirée. 

D’habitude, Alou Diarra ou Marc Planus, les capitaines, viennent aux conférences d’après-match. Est-ce que vous serez capitaine mardi?

Non, je ne sais pas du tout. (J’ai voulu amener Marius Trésor, mais il n’était pas disponible, coupe Laurent Blanc). 

Après avoir pris le titre à Lyon, est-ce que vous n’avez pas envie d’aller plus loin que Lyon en Ligue des champions?

Comme l'a dit Laurent Blanc, la comparaison est impossible. Lyon est vraiment au-dessus. Certes, l’année dernière, on a eu ce titre de champion de France. Ensuite, on voulait conserver ce titre et aller plus loin que le premier tour en Ligue des champions, c’est le cas, mais Lyon se qualifie tout le temps en huitième de finale. On essaie de progresser petit à petit. Lyon reste vraiment au dessus. On apprend encore. Je ne veux pas dire qu’on est encore des enfants et qu’on apprend mais Lyon est devant. Ce sont nos grands frères.