Les feux doivent repasser au vert

Antoine Maes

— 

L'attaquant lillois Pierre-Alain Frau regrette que son équipe n'ait pas « fait le trou ».
L'attaquant lillois Pierre-Alain Frau regrette que son équipe n'ait pas « fait le trou ». — MYSTY / SIPA

C'est une vilaine épine dans le pied, et seule une victoire à Saint-Etienne, demain, soulagerait les semelles lilloises. C'est l'ironie du moment au Losc : les Dogues ont marché sur l'eau pendant deux mois, mais une simple défaite contre Auxerre, dimanche (1-2), les a repoussé à la 5e place. « On est partis de loin, on avait rattrapé le retard, mais on n'avait pas fait de trou », explique Pierre-Alain Frau.

« Retrouver du carburant »
Et c'est bien dommage, au moment d'affronter des Verts revigorés par l'arrivée de Christophe Galtier, qui a décidé de blinder sa défense pour maintenir l'ASSE en L1. Car vu l'état physique des Nordistes, et malgré ce que peuvent en dire les joueurs, ça n'a rien d'une sinécure. « C'est tout à leur honneur de dire qu'ils allaient bien. Mais on a axé la préparation du match contre Saint-Etienne sur le fait de retrouver du carburant », explique Rudi Garcia. C'est qu'en ce moment, il vaut mieux que les réservoirs lillois se remplissent vite, très vite. Après Saint-Etienne, Lille devra se coltiner deux fois Liverpool en une semaine, avec un match contre Grenoble entre les deux tours de ce 8e de finale de la Ligue Europa. De quoi regretter que ce match contre l'AJA n'ait pas été reporté, comme l'état du terrain aurait pu conduire à le penser, et comme les dirigeants des Dogues le souhaitaient très fort. « Aujourd'hui, le statut de Lille, il est ce qu'il est : au-dessus de certaines équipes, mais en dessous d'autres. La logique financière et sportive, c'est Lyon, Marseille, Bordeaux. Nous, on a envie de bousculer la hiérarchie », lance Mickaël Landreau. Une manière de dire que les Nordistes sont moins protégés que les grosses cylindrées du championnat.