Quand Nicollin traite Pedretti de «petite tarlouze»

FOOT Le président de Montpellier dérape...

A.P.

— 

Le président de Montpellier, Louis Nicollin, lors d'un déplacement au Parc des Princes, le 31 octobre 2007.
Le président de Montpellier, Louis Nicollin, lors d'un déplacement au Parc des Princes, le 31 octobre 2007. — V.Capman/SIPA
La truculence a parfois ses limites. Samedi soir à Auxerre, Louis Nicollin a dépassé pour de bon les bornes. Remonté par la défaite de son Montpellier Hérauts en Bourgogne, Nicollin s’en est pris à Benoît Pedretti accusé d’avoir tout fait pour provoquer l’expulsion de Tino Costa. «Pedretti a tout commandé sur le terrain, mais celui-là, quand il viendra à Montpellier, on va s'en occuper. Ce type est une petite tarlouze!», lâche l’emblématique président du MHSC au micro de Canal après la défaite 2-1 de son équipe.




Nicollin n’en est pas à son premier dérapage homophobe, lui qui fait un usage assez fréquent de l’expression «bande de pédés» et autres déclinaisons. Le Paris Foot Gay – qui dénonce souvent les dérapages homophobes du personnage –  a  réagi demandant «que de réelles sanctions soient prises à son encontre». Interrogé par 20minutes.fr au moment de l’affaire avec la Créteil Bébel, le président du PFG voyait dans la figure de Nicollin le symbole de l’homophobie ordinaire dans le football. «Louis Nicollin est d’accord pour diffuser des clips contre le racisme à Montpellier. Mais pour les pédés c’était hors de question», pointait alors Pascal Brethes.

De son côté, Benoît Pedretti déplore les propos du président montpelliérain mais reste mesuré dans sa condamnation. «J'ai beaucoup de respect pour l'homme et pour ce qu'il a fait à Montpellier. Mais une insulte comme ça, c'est inacceptable, dire que j'ai commandé alors qu'il y avait un arbitre. Ils vont s'occuper de moi au match retour, on va voir ce que ça veut dire, mais je trouve ça assez grave», regrette le milieu de terrain auxerrois. Le Collectif contre l’homophobie souhaite vivement que le capitaine de l'AJA, seul habilité à le faire, porte plainte contre Louis Nicollin pour «injures publiques liées à l'orientation sexuelle réelle ou supposée», auquel cas le CCH se porterait partie civile.
 Quand ce n’est pas le père…

C’est le fils. La saison dernière, Laurent Nicollin (fils de et vice-président du club) a aussi fait parler ses talents de poètes avant un match contre le voisin et rival nîmois. Dans un texto plus qu’explicite envoyé au vice-président d’un groupe de supporters montpelliérains, Nicollin se lâche: «On va les enculer ces PD de Nîmois». Malheureusement pour lui, ce texto s’est retrouvé lu au tribunal lors de la comparution du supporter montpelliérain poursuivi pour avoir saccagé le local des supporter nîmois .