Monfils dit oui à Maastricht et à la Coupe Davis

TENNIS Le Français fait ses débuts en Coupe Davis face aux Pays-Bas pour un match de barrage...

M.P. et A.P.

— 

Le tennisman français Gael Monfils au tournoi d'Indian Wells, le 15 mars 2009
Le tennisman français Gael Monfils au tournoi d'Indian Wells, le 15 mars 2009 — EPA/JOHN G. MABANGLO/SIPA

Enfin! Gaël Monfils sera bien titulaire vendredi pour affronter les Pays-Bas. Guy Forget a décidé de lancer le Français en forme du moment. Sélectionné à trois reprises, Monfils s’est à chaque fois contenté de jouer les supporters pour Llodra, Mathieu, Simon et Gasquet. Le Francilien aborde cette première à la Monfils: détaché. «Ca me fait plaisir. Mais j’étais déjà dans l’équipe, c’est la routine pour moi», assure le joueur à L’Equipe.fr. L’idée de défier des adversaires végétant loin du Top 100 n’incite pas à se faire des cheveux blancs.

Pourtant, l’enjeu est de taille: rester dans le groupe mondial et éviter une relégation qui ferait tâche pour un pays qui compte trois garçons dans le Top 15 mondial. Gaël Monfils va donc enfin pouvoir montrer ses qualités à un Guy Forget qui avait préféré lancer Gilles Simon contre la République Tchèque en mars dernier. «Laisser sur la touche un gars avec le talent de Gaël, c'est dur. J'espère que Gilles qui est son pote va apporter un point à l'équipe», s’excusait alors le capitaine. Pari perdu. Simon lâche ses deux matchs et la France gagne un voyage pour Maastricht et un oral de rattrapage imprévu.

Des débuts en douceur

Pour «La Monf’» l’occasion est belle de s’affirmer comme un pilier de cette équipe de France. «Pour Gaël, c’est le type de match parfait pour débuter en équipe de France, s’enthousiasme Forget. Jouer à l’extérieur, c’est un peu plus compliqué, mais jouer contre une équipe abordable, cela permet de faire ses armes».

Eliminé en huitième de finale par Nadal à l’US Open, Monfils reste surtout sur une demi-finale et un quart-de-finale à Roland Garros. Ca tombe bien, les Néerlandais ont choisi la terre battue pour défier les Bleus. Seul bémol, l’état des genoux de Monfils toujours autant gainés de straps. «Je sais que je dois faire attention à mes genoux, admet-t-il. Mais ça fait maintenant longtemps. C’est ma vie.»