Les raisons du départ de Diouf

FOOT «L'Equipe Mag» l'explique, ce n'est pas de la faute de Labrune...

PK

— 

Le président de l'Olympique de Marseille, Pape Diouf, au stade Vélodrome le 11 décembre 2004.
Le président de l'Olympique de Marseille, Pape Diouf, au stade Vélodrome le 11 décembre 2004. — SIPA

 

Amis marseillais, rangez vos effigies de Vincent Labrune prêtes à être brûlées en place publique. Selon «L’Equipe Mag», le président du conseil de surveillance n’est pas le principal responsable de l’éviction de Pape Diouf.

 

Labrune: «Je ne veux pas, et je ne voudrais jamais de son poste.» 

 

Selon l’enquête de Laurent Télo, qui a interrogé des membres du conseil de surveillance, l’homme derrière le renvoi du populaire président de l’Om serait plutôt Xavier Boucobza, conseiller juridique de Robert Louis-Dreyfus. En cause, l’indépendance de Pape Diouf, qui, en jouant solo et en court-circuitant le conseil de surveillance, serait un danger juridique pour RLD, qui ne veut plus se retrouver dans la tourmente comme lors du procès des comptes de l’OM où il avait été condamné à 10 mois de prison avec sursis.

 Retrouvez tous les articles sur la crise à l'OM en cliquant ici

Autre critique, la gestion de la masse salariale pour le moins étrange, avec un recours très poussé aux primes. Vincent Labrune lui, assure dans ce même numéro de «L’Equipe Mag» qu’il n’a pas du tout l’intention de prendre la place de pape Diouf: «Je ne veux pas, et je ne voudrais jamais de son poste.» Tant mieux, car il est promis à Jean-Claude Dassier, troisième journaliste (après Christophe Bouchet et Pape Diouf) a prendre la direction de l’OM (et cela ne plait pas à notre blogueur Tertulia).