Boulogne-Billancourt : Le club de foot annule les entraînements des jeunes pour protester contre l’attitude agressive des parents

RAS LE BOL L’AC Boulogne-Billancourt et ses 1.200 licenciés est régulièrement confronté aux comportements agressifs des parents de jeunes footballeurs

A.L.G.
Non, ce n'est pas le terrain de l'ACBB (on n'a pas trouvé de photo du stade Marcel Bec, déso pas déso).
Non, ce n'est pas le terrain de l'ACBB (on n'a pas trouvé de photo du stade Marcel Bec, déso pas déso). — FRANCK FIFE / AFP

C’était la goutte de trop. Les dirigeants du club francilien de l’AC Boulogne-Billancourt ont pris une décision radicale, après un énième débordement des parents de footballeurs, samedi, au stade Marcel Bec : annuler purement et simplement l’entraînement du mercredi 13 avril. Selon  Le Parisien, cette décision a été prise par le comité directeur qui s’est réuni lundi après-midi.

« Suite à la recrudescence d’agressions verbales et physiques ces dernières semaines et face à l’agressivité de certains parents à l’égard de nos éducateurs, le Club prend la décision de supprimer tous les entraînements de ce mercredi 13 avril afin de sensibiliser tout le monde face à ces comportements inadmissibles, a écrit le club sur Twitter. Nous vous rappelons que notre sport est un loisir, même dans la compétition, il s’exerce et s’exercera toujours dans le sens d’un jeu où le plaisir et nos valeurs restent la priorité pour nos jeunes ».


Une réunion avec les éducateurs prévue mercredi

Ce n’est pas la première fois que le club est confronté à de tels comportements (en témoigne cet article publié sur le site du club en… 2017). Cette saison, toujours selon nos confrères du Parisien, divers problèmes ont émaillé la saison des équipes de jeunes acébébistes : ici une mère qui insulte un éducateur en plein match, là des parents de joueurs à deux doigts d’en découdre lors d’un tournoi de catégorie U7… Le club a donc décidé de réagir.

« Certains parents n’acceptent pas que leur fils soit remplaçant et ont des attitudes déplacées, a déclaré le président de la section foot Pascal Quatrehomme au Parisien. On veut marquer le coup en réunissant tous les éducateurs ce mercredi. On a déjà fait une séance avec les parents en début de saison pour leur expliquer que le rectangle vert est sacré mais on en refera une autre très prochainement. Si les parents n’acceptent pas de voir leur enfant remplaçant, comment ces derniers peuvent-ils comprendre ? »

Loin d’être un cas isolé, l’ACBB n’est qu’un club parmi tant d’autres à subir chaque week-end la violence verbale et parfois physique de parents persuadés d’avoir tous un Mbappé en puissance à la maison, oubliant par la même occasion que leurs enfants sont avant tout sur les terrains pour se faire plaisir.