Le Paris-Volley vise la passe de quatre

VOLLEY Le club parisien dispute mercredi et dimanche sa quatrième finale consécutive de ProA...

Romain Scotto

— 

 Le Paris Volley à l'entraînement, le 10 décembre 2008.
 Le Paris Volley à l'entraînement, le 10 décembre 2008. — Sébastien ORTOLA/20minutes

Le parquet de la salle Charpy suinte encore de leur sueur. Les joueurs du Paris-Volley terminent leur ultime entraînement avant de filer vers Tourcoing pour le premier acte de la finale du championnat, jeudi soir. Un cri de guerre collectif au bord du terrain et chacun récupère sa feuille de route. Trois pages bardées de stats, de schémas, mais aussi de ce texte sensé les plonger dans leur match.

«Dans notre conquête de la victoire, nos chemins se sont croisés et de cela restera une fabuleuse aventure humaine. Dès aujourd’hui, nous sommes déjà des vainqueurs. La victoire nous attend, nous allons ensemble la chercher.» Signé Mauricio Paes. Le coach brésilien du PV a toujours mis du coeur pour préparer ses matchs. Les habitudes maison n'ont pas changé avant d'aborder la quatrième finale consécutive du club parisien. Jusque là, toutes remportées.

«Ne pas les laisser jouer»

Selon Paes, cela ne suffit pourtant pas pour faire de Paris le favori de sa finale. «Il n’y a pas vraiment de favori car Tourcoing a progressé tout au long de l’année. Les compteurs sont remis à zéro. C’est la confiance qui fera la différence. De toute façon, soit on sait jouer soit on ne sait pas. Pour apprendre, c’est trop tard.»

Face à eux, les champions de France s’apprêtent à croiser «une équipe très performante au service, qu’il ne faut surtout pas laisser jouer.» L’équipe de Marcelo Fronckowiack, l’autre coach brésilien de la Pro A, inquiète avant tout pour «sa faculté à changer brutalement ses plans. Une force et une faiblesse à la fois», selon Paes.

Avec Hubert Henno

Les deux victoires acquises face aux Nordistes pendant la saison régulière n’ont donc pas valeur de référence. Depuis, les Parisiens ont terminé la saison sur les rotules, rappelé Hubert Henno pour les play-offs et frôlé l’élimination en demi-finale face à Tours, lors d’un match retour remporté à domicile au golden set.

Une série d’événements qui ont laissé quelques traces sur le visage cerné de l’entraîneur du PV. «On va dire que je suis un peu fatigué. Pas de Paris, mais de tout ce travail qu’on a réalisé. Ce qui est fatiguant, c’est de toujours chercher la perfection alors qu’elle n’existe pas.» Apparemment, trois titres de champion de France ne lui suffisent pas.

Paes avec les Bleus

En guise de vacances, l’entraîneur brésilien de Paris accompagnera les Bleus lors de la ligue mondiale. En tant qu’assistant du sélectionneur Philippe Blain, il occupera le même poste qu’Olivier Lecat. Paes officiera en juin et juillet contre l'Argentine, la Corée du Sud et la Serbie, avant de laisser sa place au coach de Poitiers, pour les qualifications du prochain Mondial, en août.