Le VAFC à une main de la victoire

Antoine Maes

— 

Il n'y a pas de mots pour expliquer ce que Valenciennes vient de lâcher à Sochaux. Hier, les Nordistes sont allés faire match nul dans le Doubs (1-1). Après deux défaites consécutives, ça aurait pu être rassurant. Mais les Valenciennois, qui restaient sur vingt mois sans victoire à l'extérieur, ont concédé un penalty pour une main de Mody Traoré en pleine surface de réparation, à la dernière minute des arrêts de jeu. « C'est une énorme déception, parce que c'est un match qu'on doit gagner. Je regrette les situations offensives qu'on n'a pas concrétisées, ce qui nous aurait mis à l'abri d'une erreur d'arbitrage », peste Antoine Kombouaré. Pour être tout à fait franc, les Nordistes n'ont pas vraiment raison de s'attaquer à M. Malige. Même si, en première période, il n'a pas sifflé de penalty pour une faute de main sochalienne.

Le VAFC a commis une immense faute professionnelle. Les Sochaliens ont en effet été réduits à dix joueurs pendant plus d'une demi-heure, après l'expulsion de Teddy Richert. A peine dix minutes plus tard, Bangoura s'engouffrait dans la brèche pour convertir, avec gourmandise, une offrande de Pujol (0-1, 63e). Insuffisant. Ce matin, les Valenciennois ont 5 points d'avance sur la zone rouge. A dix secondes près, le matelas aurait été de 7 points. Avant de recevoir Lyon, puis Bordeaux, ce n'est pas négligeable. « On n'est pas passés loin. Mais il faut repartir de l'avant », réclame Kombouaré. W