Pandora Papers : Guy Forget démissionne du poste de directeur de Roland-Garros et du masters de Bercy

TENNIS Guy Forget, dont le nom a été cité dans les Pandora Papers, a annoncé au président de la FFT sa décision d'abandonner ses postes de directeur des tournois de Roland-Garros et Bercy

W.P.
— 
Guy Forget
Guy Forget — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Guy Forget n’est plus le directeur des tournois de Roland-Garros et de Bercy. Selon une information du quotidien L'Equipe, confirmée par la FFT, celui-ci a annoncé sa décision mardi au patron de la Fédération Gilles Moretton. Forget, qui dirigeait le tournoi du Grand Chelem depuis 2016 et le  Masters 1000​ de Bercy, a vu son nom cité dans les Pandora Papers, fruit d’une vaste enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). L’ancien tennisman a possédé, de 2005 à 2016, une société offshore basée aux Iles Vierges Britanniques.

Le comité d’éthique de la FFT ne reconnaissait aucune faute à Guy Forget, début novembre, estimant qu'« en l’absence de fraude fiscale ou d’autres comportements pénalement répréhensibles établis, aucune atteinte aux valeurs d’honnêteté et d’intégrité de la part de M. Forget n’est caractérisée. » Mais il l’avait invité à « tout mettre en œuvre pour que l’atteinte éventuelle à sa réputation qui en résulterait ne rejaillisse pas sur celle des tournois qu’il dirige ou sur celle de la FFT », si des suites judiciaires devaient être données.

La défense de Forget

Guy Forget s’est défendu dans l'Equipe d'un quelconque lien entre ssa décision et les éventuelles suites judiciaires dans ce dossier. Au contraire, il a mis ce départ sur le dos  d'une collaboration infructueuse avec Gilles Moretton depuis son élection en décembre dernier.

« Gilles est quelqu'un de très carré, qui a une vision. Il est président, je ne le conteste pas, je sais qu'il est passionné, mais dès le début je lui ai fait part de mon étonnement. Après un mois et demi, on n'avait toujours pas eu d'échange, il ne m'avait jamais posé de question.L a communication n'a jamais existé avec lui. Et clairement, j'ai senti qu'il n'y avait pas de confiance [...] Aujourd'hui, on est une fédération qui se porte bien malgré la crise du Covid et je crois que l'élément moteur, ça doit être les rapports humains, la confiance, et si je ne sens pas autour de moi cet équilibre, cette alchimie, je ne suis pas bien. Je n'en veux à personne mais en même temps que je vous parle, je me sens à la fois triste de quitter des gens que j'aime beaucoup et soulagé.».