Supecoupe d'Allemagne : Le Bayern s'empare du titre en battant Dortmund 3-1

FOOTBALL Upamecano et Coman étaient titulaires côté bavarois

W.P, avec AFP
— 
Le Bayern a battu Dortmund
Le Bayern a battu Dortmund — Martin Meissner/AP/SIPA

Julian Nagelsmann peut souffler un peu. Déjà sous pression avant sa première finale avec le Bayern Munich à cause d’une présaison catastrophique et d’un match nul en ouverture de la Bundesliga contre le Borussia Monchengladbach, le jeune entraîneur tient déjà son premier titre avec le club bavarois : la supercoupe d’Allemagne. Ses joueurs sont venus à bout du rival du Borussia Dortmund​ (3-1) grâce, bien sûr, à Robert Lewandowski. Who else ?

Au Signal Iduna Park, antre des Jaunes et Noirs, le match a débuté par un hommage à la légende des Bavarois et de la Mannschaft Gerd Müller, décédé dimanche. Son homonyme Thomas Müller a brandi le maillot de « der bomber » dans le rond central, en amont du coup d’envoi, sous les applaudissements des 25.000 spectateurs autorisés par la jauge sanitaire.

Le Bayern a plié le match autour de la mi-temps

Une fois lancé, ce « klassiker » portait bien la marque de son lointain successeur au Bayern Munich : Robert Lewandowski. En reprenant d’une tête rageuse un centre de Serge Gnabry (41e), le buteur du Bayern a permis au sien de se lancer véritablement dans le match.

L’attaquant polonais confirme sa forme étincelante : en inscrivant 41 buts en seulement 29 matchs la saison passée, il avait battu le record de buts inscrits sur une saison précédemment établi par… Gerd Müller. Les Bavarois ont ensuite fait la différence à un deuxième moment-clé de la rencontre : dès l’entame de la seconde période, l’inusable Thomas Müller a repris un ballon qu’avait raté le Polonais (50e).

Lewandowski, 24 buts en 24 matchs contre son ex

Marco Reus a, un temps, redonné espoir au peuple jaune et noir d’une frappe splendide (64e) en pleine lucarne, avant que Lewandowski ne parachève son récital (74e), après une passe de Manuel Akanji interceptée par Corentin Tolisso.

« Ça compte beaucoup pour moi. Ça a dû être un match vraiment cool à regarder pour les supporteurs », a déclaré l’attaquant polonais après la rencontre. Le buteur de 32 ans a désormais marqué 24 buts en autant de rencontres face à son ancien club, auquel il a évolué de 2010 à 2014. A ce niveau-là, on peut parler d’ingratitude.