Les Girondins naviguent à vue

Rémi Bostsarron

— 

Ils espéraient se rassurer, c'est raté. Face à Galatasaray (0-0), mercredi, les Girondins ont certes réussi à conserver leur cage inviolée, mais ils ont échoué exactement là où Laurent Blanc souhaitait les voir réussir : « Traduire au tableau d'affichage leur période de domination. » Encore une fois maîtresse du jeu et dangereuse en début de rencontre, l'équipe-type alignée en Coupe UEFA a en effet éprouvé le même souci d'efficacité que face à Lille (2-2), Marseille (1-0) et Grenoble (1-1), lors des dernières rencontres de Ligue 1. Un constat de mauvais augure avant un déplacement périlleux à Saint-Etienne (18e), dimanche, à l'occasion de la 25e journée.

Irrésistibles au coeur de l'hiver, les Bordelais (5e) sont aujourd'hui menacés par le doute. Fernando Cavenaghi, qui n'a plus marqué depuis la démonstration face au Paris-SG (4-0), il y a plus d'un mois, en est le meilleur exemple. « Je vais continuer à tenter, ça va revenir », affirme le goleador argentin, que Chaban-Delmas encourage régulièrement par des chants à sa gloire. Tous ses coéquipiers l'espèrent avec lui, conscients qu'ils seront soumis à une pression aussi forte qu'inédite, dans l'antre de Verts rassurés après leur succès européen : en cas de défaite, ils risquent fort d'être décrochés dans la course au titre. ■