Yohan Lachor boucle la boucle

— 

Retour vers le passé. Ce soir, il y a un Boulonnais qui aura forcément un petit pincement au coeur au moment du coup d'envoi. Car Yohan Lachor, pilier de la défense de l'USBCO, a une place de choix dans les livres d'histoire Sang et Or.

Flash-back : en mai 1998, à Auxerre, « Yo » égalise pour le Racing, et offre à son équipe son seul titre de champion de France. « Lens, j'y ai vécu des très grands moments, mais aussi des plus difficiles », souligne le natif d'Aire-sur-la-Lys, qui a côtoyé dans l'Artois Jean-Guy Wallemme et Christophe Delmotte, aujourd'hui sur le banc lensois. En huit années, alors qu'il joue arrière gauche, le capitaine boulonnais a aussi récolté, parfois, les sifflets de Bollaert.

Mais cet été, après une saison et demie à Sedan, et six mois sans club, Lachor est séduit par le projet de Philippe Montanier, et rejoint la côte d'Opale. Avec ses 209 matches de L1 et de L2 confondus, il ne peut pas laisser indifférent une formation qui se cherche une assise défensive. Pari gagné, et largement : Boulogne est aujourd'hui la meilleure défense de son championnat. « Après six mois de chômage, j'ai retrouvé un club de L2. J'ai donc abordé cette saison avec beaucoup de plaisir et de sérénité. C'est pour cela que ça se passe bien pour moi sur le terrain », confie Yohan Lachor. Tant et si bien que c'est avec Boulogne qu'il pourrait bien retrouver la L1. ■ A. M.