Blessée, Naomi Osaka renonce à Roland-Garros

TENNIS La lauréate de l'US Open souffre d'une blessure persistante à la cuisse

20 Minutes avec AFP

— 

Naomi Osaka lors de sa victoire à l'US Open, à New York le 12 septembre 2020.
Naomi Osaka lors de sa victoire à l'US Open, à New York le 12 septembre 2020. — Seth Wenig/AP/SIPA

Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour Roland-Garros. Rattrapé par la réalité du Covid, avec un maximum de 5.000 spectateurs par jour, le tournoi parisien devra se passer de Naomi Osaka, qui a annoncé son forfait jeudi pour une douleur persistante à la cuisse.

« Malheureusement je ne pourrai pas jouer à Roland-Garros cette année. Ma cuisse me fait encore mal et je n’aurai pas le temps pour me préparer à la terre battue », a écrit sur son Twitter la lauréate de l’US Open. « Ces deux tournois étaient trop proches l’un de l’autre pour que je puisse les enchaîner cette année », a ajouté celle qui a remporté le 12 septembre à New York son troisième tournoi du Grand Chelem.

2e victoire à l’US Open

Deux semaines séparent ces deux Majeurs, Roland-Garros ayant été reprogrammé en raison de la pandémie de coronavirus qui a mis sous cloche la saison pendant quatre mois voire six pour certains joueurs et joueuses, comme Osaka, qui n’ont fait leur retour à la compétition que fin août.

La Japonaise, 3e mondiale, a d’abord disputé le tournoi de Cincinnati, délocalisé dans la bulle de Flushing Meadows, parvenant à se hisser jusqu’en finale. Mais elle a renoncé à la disputer, blessée à l’adducteur gauche, pour préserver son physique et ses chances en vue de l’US Open qui démarrait dans la foulée.

Bien lui en a pris, puisque quinze jours plus tard, elle a inscrit une deuxième fois son nom au palmarès du Majeur new-yorkais, en battant la Bélarusse Victoria Azarenka en finale. Elle s’était déjà imposée en 2018 et s’était ensuite adjugé l’Open d’Australie 2019.

Activisme contre le racisme

A de 22 ans, Osaka a aussi pris une autre dimension en dehors des courts de par son activisme dans la lutte contre le racisme. Après la mort de Jacob Blake, qui s’est fait tirer plusieurs fois dans le dos par un policier dans le Wisconsin, elle a suivi le mouvement de boycott lancé par l’équipe des Milwaukee Bucks pendant les play-offs NBA, et a refusé de jouer sa demi-finale de Cincinnati.

Le circuit WTA et les organisateurs du tournoi s’étant montrés à leur tour solidaires en annulant les matches prévus ce jour-là, elle est finalement revenue sur sa décision. A l’US Open, elle a maintenu sa volonté de réveiller les consciences dans le microcosme feutré du tennis en portant, à son arrivée sur le court lors de chacun de ses sept matches, un masque avec le nom d’une personne noire victime de violences policières aux Etats-Unis.