JO 2020: Le Japon lance la réflexion sur la manière d'organiser les Jeux avec le coronavirus

JEUX OLYMPIQUES De nombreuses questions restent en suspens, notamment les contrôles frontaliers, la mobilité des athlètes et des visiteurs officiels, ou encore le fait d'accueillir ou non des spectateurs

N.C. avec AFP

— 

Le Japon réfléchit à la manière d'accueillir les JO avec le coronavirus (photo d'illustration).
Le Japon réfléchit à la manière d'accueillir les JO avec le coronavirus (photo d'illustration). — Eugene Hoshiko/AP/SIPA

Le Japon a lancé officiellement vendredi des discussions au sommet sur les mesures à prévoir contre le coronavirus lors des Jeux olympiques de Tokyo, reportés à l’été 2021 en raison de la pandémie. A moins d’un an des JO, de nombreuses questions restent en suspens, notamment les contrôles frontaliers, la mobilité des athlètes et des visiteurs officiels, ou encore le fait d’accueillir ou non des spectateurs.

Le comité espère « montrer des résultats cette année », a déclaré vendredi lors d’une conférence de presse Toshiro Muto, directeur général de l’organisation des JO 2020, dont l’objectif est « que les athlètes au Japon et à l’étranger sentent que les Jeux olympiques de l’année prochaine sont sûrs grâce à nos mesures sur le coronavirus ».

Quel protocole à l’entrée sur le territoire ?

Ces discussions, qui ont impliqué des responsables du gouvernement japonais et les organisateurs de Tokyo 2020, ont porté en particulier sur les mesures nécessaires lors de l’entrée des athlètes au Japon depuis l’étranger, a expliqué Toshiro Muto.

Il a cependant refusé de confirmer des informations du quotidien local Yomiuri Shimbun, selon lesquelles les athlètes et responsables étrangers ne se verraient pas imposer une quarantaine à leur arrivée, à condition d’accepter de restreindre leurs déplacements une fois dans l’archipel. Les athlètes devraient limiter leurs sorties aux lieux de leurs compétitions et rester dans le Village olympique le reste du temps.

Il serait également demandé aux participants étrangers de se faire tester plusieurs fois, notamment avant partir au Japon, à l’arrivée et avant d’accéder au Village olympique, selon le même journal. A partir d’octobre, les discussions porteront sur les mesures antivirus sur les lieux de compétition et le Village olympique, ainsi que sur la délicate question des spectateurs.

Les organisateurs espèrent éviter des Jeux à huis clos, a réaffirmé Toshiro Muto, alors que le Japon limite actuellement la participation du public aux compétitions sportives et que ses frontières restent fermées à de nombreux étrangers. Tsuyoshi Fukui, secrétaire général du Comité olympique japonais, a rappelé aux participants aux discussions que les athlètes comptaient sur eux pour que les Jeux puissent avoir lieu. « Les athlètes l’espèrent très fort », a-t-il dit.