« Ca fait ch... » : Les joueurs du RC Strasbourg s'en veulent après le nul contre Metz

FOOTBALL Les Alsaciens avaient la tête des mauvais jours après leur match nul contre Metz dimanche (1-1). Le scénario peut l'expliquer

Thibaut Gagnepain

— 

Adrien Thomasson tête basse : le RC Strasbourg a raté sa deuxième période contre Metz dimanche.
Adrien Thomasson tête basse : le RC Strasbourg a raté sa deuxième période contre Metz dimanche. — PATRICK HERTZOG / AFP
  • « Ca fait chier parce qu'on voulait gagner ce premier match à domicile » , a lancé le milieu de terrain strasbourgeois Dimitri Liénard juste après le nul (1-1) contre le FC Metz.
  • Le Racing est passé à côté de ses 45 dernières minutes et ressort refroidi de ce match. « Metz a mieux joué aussi, il faut le reconnaître », admet le coach alsacien Thierry Laurey.
  • La sortie sur blessure de Youssouf Fofana (20e), victime d'un tacle de Delaine, a aussi déséquilibré ce Racing-là.

 

La langue de bois ? Dimitri Liénard ne connaît pas. Le milieu de terrain strasbourgeois n’y a pas dérogé, dimanche après le nul contre Metz (1-1). « Ça fait chier parce qu’on voulait gagner ce premier match à domicile », a lancé le joueur, à peine remis de ses émotions.

Elles ont été à double tranchant pour cette première journée de Ligue 1. Il y a d’abord eu la joie, sur cette passe décisive à destination pour Adrien Thomasson, un centre parfaitement donné (1-0, 21e) ; puis de l’étonnement, à voir que l’arbitre-assistant ne levait pas son drapeau quand il partait seul au but. Le natif de Belfort a battu Oukidja d’une lourde frappe, a eu le temps de célébrer son but… Et le bad trip a commencé. But refusé pour hors-jeu évident et deuxième période pleine de frustration à voir les Lorrains bloquer son équipe.

« Je n’avais pas vu Matz (Sels) faire un arrêt… »

« C’est dommage, on était déçu dans le vestiaire car on avait fait une très bonne première période, reprend Dimitri Liénard. On avait réussi à ouvrir le score, on s’était dit qu’il fallait rester sérieux et mettre ce deuxième but. On ne voyait pas trop comment Metz pouvait nous mettre hors de position car à part deux coups de pied arrêtés en première période, je n’avais pas vu Matz (Sels) faire un arrêt… »

Mais le Racing est donc passé à côté de ses 45 dernières minutes et ressort refroidi de ce match. « Metz a mieux joué aussi, il faut le reconnaître », admet le coach alsacien Thierry Laurey. « Nous, on a été moins performants, moins bons techniquement. » Une affaire de fatigue après la victoire de jeudi à Plovdiv, en Ligue Europa (1-0). Ce ne peut être exclu même si les Strasbourgeois ont aussi manqué d’idées pour percer un adversaire bien organisé.

Fofana absent au moins trois semaines ?

La sortie sur blessure de Youssouf Fofana (20e), victime d’un tacle en retard de Delaine, a aussi déséquilibré ce Racing-là. « Dans le règlement, quand un joueur se fait arracher par-derrière et ne peut pas reprendre le jeu, c’est rouge non ? », s’est agacé après la partie Liénard. Son coach l’a rejoint en parlant d’un « attentat » à propos du geste du défenseur grenat, averti sur le coup.

Quant au milieu du Racing, il déambulait hier soir avec des béquilles et une grosse attelle autour de sa cheville gauche. Combien de temps sera-t-il absent ? « Le médecin a dit trois semaines mais je pense moins. Les ligaments sont touchés mais pas arrachés », a-t-il dit, optimiste. Sans non plus cacher sa déception après le match nul.

« Ca ne pardonne pas de ne pas marquer dans nos temps forts », a résumé Jonas Martin, sans s’alarmer. « Tout n’est pas à jeter, loin de là. » Thierry Laurey est allé dans son sens : « Ce match est un stop mais on a pris un point quand même », conclut le technicien, lui aussi le visage fermé. Comme si le Racing avait surtout perdu deux points ce dimanche contre Metz.