«FreeCouch4Fans», une plateforme pour se loger gratuitement et (surtout) partager sa passion du sport

SPORT PAS BUSINESS Trois potes marseilais sont à l'origine de ce concept qui se veut une réponse à l'explosion des prix autour des événéments sportifs

Nicolas Camus

— 

Des supporters de Liverpool accueilli par des Madrilènes pour la finale de la Ligue des champions.
Des supporters de Liverpool accueilli par des Madrilènes pour la finale de la Ligue des champions. — M. Da Luz
  • De plus en plus, les tarifs des logements explosent dans les villes où se tiennent des grandes compétitions de sport.
  • Trois amis ont lancé il y a quelques mois une plateforme pour mettre en relation des fans souhaitant se déplacer à des hôtes qui pourraient les accueillir.
  • Mathieu, l'un des fondateurs, nous parle de ce projet qui commence à connaître son petit succès.

Un concept simple, auquel tout amateur de sport voyageant lors de grandes compétitions a déjà pensé. Sauf qu’eux l’ont fait. Mathieu, Mathieu et Byllel, trois potes originaires de Marseille, ont lancé en fin d’année dernière une plateforme, baptisée «FreeCouch4Fans» (« canapé gratuit pour les fans » en VF), pour mettre en relation des fans en déplacement à des hôtes potentiels sur place. Une sorte de « Airbnb du sport », donc, mais sans le côté business de la chose. L’hébergement est gratuit. Les entrepreneurs misent sur la rencontre, le partage d’une passion commune et la découverte de cultures différentes pour toute contrepartie. Et ça fonctionne pas mal. 

Aller voir du sport, un truc de riches

« Il y a une vraie gentrification du sport depuis quelques années, explique Mathieu Da Luz. Se déplacer sur de grands événements est presque devenu un truc de riches. On propose une alternative à ça. Notre but est de créer une grande communauté de fans de sport, qui vont s’entre-aider pour se loger. »

Après avoir mûri le projet pendant deux ans, ils ont profité de la Coupe du monde en Russie, l’été dernier, pour effectuer un test grandeur nature. Mathieu, que nous avions rencontré une première fois à Nijni Novgorod avant le quart de finale des Bleus face à l’Uruguay avec son hôte Andrei, a lui-même servi de cobaye. « La demande est là, pas de souci. Le truc c’est de trouver l’offre », nous disait-il alors.

Mathieu (à gauche), et son hôte Andrei à Nijni Novgorod avant le quart France-Uruguay.
Mathieu (à gauche), et son hôte Andrei à Nijni Novgorod avant le quart France-Uruguay. - N.CAMUS

Près d’un an plus tard, la machine est lancée. La plateforme lancée en septembre compte 5.000 inscrits, dont une centaine d’hôtes. Une nouvelle version, plus complète et sécurisée, va voir le jour cet été. Deux développeurs ont rejoint l’équipe pour la mettre en route. « On commence à être connu, mais on aimerait toujours que ça aille plus vite, bien sûr, indique Mathieu. On est toujours dans le développement de notre communauté. Plein de gens ont besoin de nous mais ne nous connaissent pas. »

Des plans marketing et des partenariats avec quelques fédérations (celle de rugby notamment) sont en discussion pour développer et surtout pérenniser le projet. En attendant, la meilleure promotion de leur idée reste l’expérience des fans lors des compétitions et le bouche-à-oreille.

« Ce sont nos meilleurs ambassadeurs », note le Marseillais. Exemple avec la finale de la Ligue des champions le week-end dernier à Madrid. Un habitant de la capitale espagnole, emballé par le concept, en a parlé à tout le monde autour de lui et a même contacté plusieurs médias de son propre chef. Au final, près de 150 supporters de Liverpool et Tottenham ont été hébergés chez l’habitant. Cela aurait pu être bien plus, avec pas loin de 1000 demandes déposées sur la plateforme. Logique, avec un prix moyen de la nuitée à 800 euros.

Deux nouveaux adeptes ont rejoint la communauté pendant Roland-Garros. Yohan, prof d’EPS de 27 ans, accueille Xavier, un Français de 34 ans vivant en Suisse, depuis mardi. Ensemble, ils vont aller voir les derniers quarts de finale ce mercredi. « Ce qui est intéressant, c’est le côté fan de sport, dit ce dernier. Tu découvres des gens, tu partages une passion commune. Là avec Yohan on va parler tennis, on va aller manger dans un endroit sympa qu’il connaît avant d’aller à Roland, ça va être cool ! »

« Ça manquait ce concept, relève son hôte. Je suis le premier à chercher comment me loger quand je vais sur des événements. Je n’ai pas des moyens énormes, et c’est souvent un problème. Et puis le côté rencontre, c’est sympa. Si ça se passe bien tu peux rester en contact, pour d’autres compétitions. » « Des retours qu’on a, les gens retiennent finalement plus le contact avec l’autre que le fait de pas avoir payé », complète Mathieu.

Yohan (à gauche) et Xavier (à droite, du coup) ce mercredi à Roland-Garros.
Yohan (à gauche) et Xavier (à droite, du coup) ce mercredi à Roland-Garros. - DR

La suite, pour « Free Couch 4 Fans », c’est la Coupe du monde féminine, qui commence vendredi. Et dans les bureaux, c’est la mise au point d'un modèle de développement propre. Les fondateurs, qui ont déjà lancé leurs t-shirts de sport, réfléchissent à un système de points qui mettraient en valeur les meilleurs hôtes. Avec ça, ces derniers pourraient s’acheter des produits sur une marketplace, ou reverser l’équivalent à des œuvres caritatives. Et eux se rémunérer un peu. « Certains membres ne veulent pas entendre parler d’argent. On cherche des solutions pour que tout le monde s’y retrouve », indique l'entrepreneur. Et que le système initié vive ensuite de lui-même, porté par sa communauté.