Racisme: Klopp dénonce une vidéo «écœurante» contre Mohamed Sala de la part de fans de Chelsea

FOOTBALL Jürgen Klopp a condamné vendredi les chants racistes de supporters de Chelsea visant l'attaquant égyptien des Reds Mohamed Salah

J.L. avec AFP

— 

Jurgen Klopp et Mo Salah, le 19 février 2019.
Jurgen Klopp et Mo Salah, le 19 février 2019. — Jacob King/Mercury Press/REX/Shutterstock/SIPA

L'entraîneur de Liverpool Jürgen Klopp a condamné vendredi les chants racistes de supporters de Chelsea visant l'attaquant égyptien des Reds Mohamed Salah avant un match contre le Slavia Prague et réclamé leur banissement à vie. Dans une vidéo circulant massivement sur les médias sociaux jeudi soir avant le match de Ligue Europa entre le Slavia et Chelsea à Prague, un groupe de six supporters des Blues entonnent un chant où Salah, ancien joueur du club londonien, est qualifié de «poseur de bombes».

Trois personnes présentes sur la vidéo ont été identifiées avant le match et l'accès au stade leur a été interdit. «C'est écoeurant. C'est un autre exemple de ce qui ne devrait pas arriver (...) Si vous faites quelque chose comme ça, vous ne devez plus jamais entrer dans un stade. Plus la sanction est forte, plus on évitera ce genre de choses dans le futur» a estimé Jürgen Klopp, après ces agissements fermement condamnés par Liverpool et Chelsea jeudi soir.

Des fans de Chelsea sont régulièrement épinglés pour des comportements discriminatoires: en décembre, l'attaquant de Manchester City Raheem Sterling avait été la cible d'insultes lors d'un match à Stamford Bridge. Toujours en décembre, lors d'un déplacement chez les Hongrois de Vidi, un groupe de supporters des Blues avait également proféré des propos antisémites dans un chant visant les fans de Tottenham, club rival de Londres.

En février 2015, des fans se rendant au Parc des Princes pour un match de Ligue des champions contre le PSG ont repoussé à deux reprises un Franco-Mauritanien qui tentait de monter dans le même métro qu'eux, hurlant «nous sommes racistes, nous sommes racistes et on aime ça».