Julie Coin sort Ana Ivanovic

US OPEN Exploit pour cette Française, classée 188e mondiale, qui s’offre la n°1...

— 

 Julie Coin, n°188 mondiale a battu Ana Ivanovic, la numéro 1 à l'US Open de New York, le 28 août 2008.
 Julie Coin, n°188 mondiale a battu Ana Ivanovic, la numéro 1 à l'US Open de New York, le 28 août 2008. — reuters

Vous ne connaissez sans doute même pas son nom. Julie Coin, seulement 188e mondiale, a réussi l'exploit d'éliminer la Serbe Ana Ivanovic, N.1 mondiale, au 2e tour de l'US Open, 6-3, 4-6, 6-3, jeudi à New York.

La Française de 25 ans, joueuse issue des qualifications quasiment inconnue et qui dispute à New York son premier Grand Chelem, s'est imposée en 1 h 57 min pour provoquer la première grande surprise du tournoi.

«Jamais je n'aurais pensé faire ça, a déclaré Coin sur le court central Arthur-Ashe, qui lui a réservé une ovation. J'ai bien servi, fait beaucoup d'aces et Ana a fait beaucoup d'erreurs, ça m'a aidé.»

Mauresmo au prochain tour

«J'espère que je vais rejouer sur ce grand court», a ajouté la Française, très émue, qui rencontrera sa compatriote Amélie Mauresmo au 3e tour.

Au premier tour, Coin avait éliminé la coriace australienne Casey Dellacqua (40e mondiale), l'une des révélations de la saison, en deux sets.

Ana Ivanovic est, elle, complètement à la dérive depuis quelques semaines. Après sa victoire à Roland-Garros, elle avait ainsi déjà vécu la même mésaventure au 3e tour de Wimbledon, battue en deux sets (6-1, 6-4) par la Chinoise Zheng Jie, classée 133e mondiale. C'était déjà à l'époque un record. Ana Ivanovic vient de placer la barre un peu plus bas...

Touchée à un os du métacarpe de la main droite, elle avait ensuite déclaré forfait pour les JO de Pékin. A Montréal (battue en 8e de finale par la 94e mondiale, l'Autrichienne Tamira Paszek), elle avait donné des signes plus qu'inquiétants de fébrilité. Cette nuit elle s'est fait étriller en commettant 8 doubles fautes, 34 fautes directes. «C'est une défaite difficile à digérer, a soupiré Ivanovic. Mais je dois accepter cette situation, surtout après tout ce qui m'est arrivé ces derniers mois. Si vous me demandez si je joue comme une N.1 mondiale pour l'instant, je vous répondrai non.»