Gymnastique: le CIO abandonne l'enquête alors que 20minutes.fr fournit de nouvelles preuves

JO2008 Quelques heures après avoir annoncé demander à la Fédération de gymnastique de se pencher sur le dossier d’une médaillée chinoise, le CIO fait marche arrière... Reportage de notre envoyée spéciale dans le quartier de l'athlète...

A Pékin, Caroline Dijkhuis

— 

Le garde privé qui accompagne le comité de quartier interdit de prendre des photos de la cour de l’immeuble de la famille de He Kexin. En arrière-plan, la porte verte qui mène au niveau souterrain où est domiciliée la  famille He. 
Le garde privé qui accompagne le comité de quartier interdit de prendre des photos de la cour de l’immeuble de la famille de He Kexin. En arrière-plan, la porte verte qui mène au niveau souterrain où est domiciliée la famille He.  — C.DIJKHUIS/20 MINUTES
Par notre envoyée spéciale à Pékin
 

Quelques heures après avoir annoncé vendredi matin qu'il demandait à la Fédération de gymnastique de se pencher sur le dossier d’une médaillée chinoise, le CIO fait marche arrière.

>> La médaille d'or chinoise de gymnastique était soupçonnée d'être trop jeune pour concourir aux JO: pour comprendre l'affaire, cliquez ici

«Les informations et les documentations que nous avons reçues semblent satisfaisantes et correctes – y compris en ce qui concerne les certificats de naissance, a indiqué Giselle Davies, la porte-parole du CIO. Ce sujet est donc clos, et il n’y a pas de question sur… leur droit à concourir.»

 

Pourtant, 20minutes.fr a retrouvé vendredi après-midi le domicile de He Kexin, dans le quartier de Dongzhimen, en plein cœur de la capitale, à quelques kilomètres seulement au sud du village olympique.

 

«Elle a six mois de moins que moi»

 

«Elle a grandi ici», confirme un voisin qui a 15 ans, dont nous tairons le nom par sécurité. Il la connaît depuis l’âge de 5 ans, ils partageaient le même bac à sable. Lorsqu’on lui demande si c’est sa «petite sœur» (meimei) ou sa «grande sœur» (jiejie), une appellation courante en Chine qui permet de situer directement les personnes selon une hiérarchie d’âges, il répond: «elle est plus jeune que moi, plus jeune d’une demi-année.»

 
 

On arrive ensuite à la porte du bâtiment où vivent les parents de He Kexin; ils vivent au sous-sol. On descend le long d’un couloir sordide, des portes sont parfois ouvertes et protégées d’un rideau des deux côtés de la petite allée. Les gens ici vivent dans une grande pièce sans fenêtre, des logements parmi les plus sombres qu’il nous ait été donné de voir en Chine.

 

20minutes.fr viré manu militari

 

Au bout de trois minutes, alors que nous demandions à une voisine assise devant son ordinateur de nous indiquer où se trouve l’appartement de la famille He, une femme nous arrête et nous somme de sortir. Elle est du comité de quartier de la résidence, et quand on lui demande les souvenirs d’enfance de la jeune médaillée d’or, elle affirme qu’ils ne sont plus ici, que He Kexin n’a jamais vécu ici.

 

La femme affirme ensuite qu’en tant qu’étranger, nous n’avons aucun droit de pénétrer dans la cour, et ce malgré un panneau à l’entrée qui accueille les étrangers et leur demande de se signaler. On nous interdit aussi de prendre des photos du lieu.

 
 

Il y a quelques jours, les médias chinois ont annoncé que le père de He Kexin venait d’être hospitalisé pour crise cardiaque, et que He Kexin n’avait été prévenue qu’une fois sur le podium pour ne pas que cela trouble sa concentration. D’autres journalistes, qui tentaient de joindre les parents de He Kexin, ont indiqué que sa mère «était en vacances».

 

20minutes.fr a transmis au CIO des preuves présentées vendredi matin, lequel a accusé réception, mais n’a pas répondu.