Elissalde, le « miraculé » de Saint-Denis

Nicolas Stival - ©2008 20 minutes

— 

Le manager général Guy Novès l'avait affirmé lundi dernier : victime d'une blessure aux côtes la veille en demi-finale contre le Stade Français (31-13), Jean-Baptiste Elissalde était forfait pour la finale du Top 14. Jeudi, l'ouvreur-buteur faisait pourtant partie d'un groupe de vingt-sept joueurs convoqués contre Clermont. Bluff ou pas ? La réponse est tombée samedi soir : à l'échauffement, l'international (30 ans, 33 sélections) était bel et bien présent sur la pelouse du Stade de France...

Après une heure de jeu, alors que la victoire était quasiment acquise (20-10), Elissalde, remplacé par Florian Fritz, quittait ses partenaires avec le sentiment du devoir accompli. Impliqué sur le formidable essai de Maxime Médard (60e), auteur de deux pénalités et de deux transformations, il avait parfaitement rempli sa mission, malgré deux drops ratés. « Je suis très heureux de m'être accroché comme ça, savourait l'ex-Rochelais. A la mi-temps c'était limite. Au bout d'un moment, je ne pouvais plus, tout simplement, ça "lançait" trop.» Le visage fréquemment agité par des grimaces de douleur, le « petit » Elissalde (1,72 m, 72 kg) n'a pourtant pas hésité à plaquer les gros gabarits auvergnats jusqu'à sa sortie. Un premier titre de champion de France valait bien cet énorme sacrifice. Même si le demi de mêlée reconverti à l'ouverture préférait braquer les projecteurs sur ses coéquipiers du pack : « Nos avants ont vraiment été très, très forts. » Elissalde n'a pas été mal non plus...