La Mannschaft toujours implacable

Romain Scotto

— 

Petit à petit le format de la compétition s’approche de celui que l’on connaît aujourd’hui. En 1980, l’UEFA qualifie pour la première fois automatiquement le pays  hôte (l’Italie) à la phase finale. Celle-ci ne regroupe plus quatre mais huit équipes, réparties en deux poules dont les deux vainqueurs se qualifient pour la finale. L’Euro prend des airs de petite coupe du monde et, comme depuis 1960, on commence à s’habituer à l’absence des joueurs de l’équipe de France. Un match nul au Parc des Princes face à la Suède l’a contraint à suivre l’épreuve de chez eux.

Quatre ans après avoir été battue en finale aux tirs aux buts face à la Tchécoslovaquie, la RFA entend bien retrouver son rang. Par rapport au groupe  victorieux de 1972, les joueurs ne sont plus tout à fait les mêmes. Sans briller, Harald Schumacher et ses coéquipiers assurent la première place de leur groupe grâce à deux victoires face à la Tchécoslovaquie (1-0) et les Pays-Bas (3-2).

Rubesh décisif

La finale rêvée face à l’Italie semble déjà programmée. Mais sur leur route, les Italiens croisent à nouveau leur bête noire, la Belgique. En phase de poule, les Diables Rouges devancent la Squadra Azura à la différence de but. Après avoir accédé à la finale de l’édition 1968 sans gagner dans le jeu, les Transalpins sont éliminés du tournoi de 1980 sans avoir connu la défaite. Lors du match pour la troisième place, face à la Tchécoslovaquie, ils ne s’inclinent qu’aux tirs aux buts.

Pour la première fois depuis sa création, le championnat d’Europe des nations se passe donc de demi-finales. Au stade olympique, la finale surprise entre la Belgique et la RFA bascule à deux minutes de la fin. A 1-1, alors que les deux équipes se dirigent vers une prolongation, Karl-Heinz Rummenigge dépose un corner sur la tête d’Horst Rubesch qui inscrit le but victorieux et met fin à une finale décevante… A l’image de cet Euro.

Finale : RFA bat Belgique : 2-1
Match pour la 3e place : Tchécoslovaquie bat Italie : 1-1 (9-8, t.a.b.)