Jérémy Chardy: «Mon plus bel exploit»

Sandrine Cochard

— 

Le Français Jérémy Chardy, 145e mondial, a réussi l'exploit de battre David Nalbandian, 7e mondial, pour atteindre le troisième tour de Roland-Garros, grâce à un succès en cinq sets 3-6, 4-6, 6-2, 6-1, 6-2 jeudi.
Le Français Jérémy Chardy, 145e mondial, a réussi l'exploit de battre David Nalbandian, 7e mondial, pour atteindre le troisième tour de Roland-Garros, grâce à un succès en cinq sets 3-6, 4-6, 6-2, 6-1, 6-2 jeudi. — Patrick Kovarik AFP

Un nouvel espoir français à surveiller. Jeudi, Jérémy Chardy s’est défait de David Nalbandian, tête de série n°6, en trois heures (3/6, 4/6, 6/2, 6/1, 6/2). Un bel exploit pour ce jeune joueur de 21 ans, actuellement à la 145è du classement ATP, qui a bénéficié d’une wild card pour participer au tournoi, où il avait déjà atteint le deuxième tour en 2006.

 

«Mon plus bel exploit»

 

Inconnu ou presque il y a encore quelques jours, Jérémy Chardy s’est illustré face à l’Argentin à force de combativité. «Pour moi, c’est le plus bel exploit que j’ai jamais fait, confie-t-il tout sourire durant sa conférence de presse. J’ai fait un très grand match, je suis très fier de moi.» Conscient de sa performance, Chardy analyse son succès: «Au départ, je n’avais pas beaucoup de solutions. J’ai trouvé David Nalbandian très solide, je n’arrivais pas à le déborder. J’ai commencé à lâcher mes coups et à m’accrocher.»  Le soutien du public achève de le mettre en confiance. Mené deux sets à rien, il remonte patiemment les jeux, notamment grâce à son service (18 aces) pour finalement s’imposer en cinq sets. «Je me suis rendu compte qu’il n’aimait pas que je l’oblige à avancer et reculer, alors j’ai insisté», explique-t-il, encore sur un petit nuage.

 

Car Jérémy Chardy revient de loin. Encore classé 15/3 il y a neuf ans, sa percée chez les pros n’a pas été chose facile. «J’ai traversé les étapes de classement, une par une, déclare-t-il. J’ai eu deux années difficiles à ma sortie des juniors mais elles m’ont appris à ne rien lâcher.»

 

 «Il fallait que je tente quelque chose de différent»  

 

Un mental nouveau qu’il a appris à travailler avec un préparateur. «Pendant le match, je n’ai jamais pensé à la défaite, même lorsque j’étais mené, assure-t-il. Je me suis juste dit que si je voulais gagner, il fallait que je tente quelque chose de différent.» Autre progrès notable pour ce joueur originaire de Pau (Béarn): le physique. «Je bouge mieux, je couvre beaucoup plus de terrain, assure-t-il. Avant j’attaquais toujours, aujourd’hui, je dose mieux mes attaques et ma défense. Enfin, je me sens désormais capable de jouer des matches en cinq sets, même si j’ai ressenti quelques crampes au 4è set.»

 

Et le Belvézinois, (il habite à Boeil-Bezing, dans les Pyrénées-Atlantiques) de saluer Frédéric Fontang, son entraîneur depuis dix ans. «C’est une belle récompense pour moi et pour ceux qui travaillent avec moi. Avec Fred, on s’entend très bien, nous avons plus qu’une relation de joueur à coach. Il fait tout pour me faire progresser. on est dans le même bateau. On partage tout, les victoires comme les défaites, et c’est bon de pouvoir partager ce succès avec lui.»

 

Face à l’avenir, Chardy reste serein. Affirmant vouloir profiter de cette victoire avant de penser à son prochain match contre le Russe Dmitry Tursunov, tête de série n°30, le se défend de toute pression. «Comme pour chaque match, je vais rentrer sur le court pour donner le meilleur de moi-même. Mais il va falloir se montrer agressif le premier.»

En 2008, Chardy a participé à huit tournois challenger. Il s’illustre notamment à Marrakech, juste avant Roland-Garros, où il s’incline en finale face à Gaël Monfils en deux sets. Pour sa première participation à Roland-Garros en 2006, il est alors 455è joueur mondial, il atteint le second tour où il s'incline face à David Ferrer en quatre manches.