Les Parisiens plus vraiment d'attaque

S. B. - ©2008 20 minutes

— 

Les chiffres sont parfois trompeurs. En 2008, le Paris Saint-Germain a inscrit 20 buts en 12 matchs, soit une moyenne honorable de 1,6 réalisation par rencontre. Mais cette statistique chute à 1 en enlevant les quatre matchs de Coupe. Et depuis le 3-0 infligé à Metz le 23 janvier dernier, les attaquants parisiens n'ont trouvé le fond des filets qu'à deux reprises en cinq rencontres de Ligue 1, dont un penalty de Jérôme Rothen à Marseille.

La bonne passe d'Amara Diané (8 buts en 2008) n'a fait que masquer l'inefficacité ambiante. Sur le papier, Paul Le Guen possède pourtant un arsenal que lui envieraient bien des entraîneurs. Mais le déclin de Pedro Pauleta, de surcroît ralenti par des soucis physiques, la mise sur la touche de David N'Gog et l'irrégularité de Peguy Luyindula, blessé à la cuisse et absent samedi à Rennes, plombent le PSG. « Ces derniers temps, la manière est souvent au rendez-vous, mais nous manquons cruellement de réussite », assurait, avant le déplacement à Bordeaux, Le Guen, tout en regrettant « le manque de pouvoir offensif » de son équipe.

Non loin de la capitale, un attaquant fait pourtant feu de tout bois. Buteur lundi soir lors de la défaite du Havre à Troyes (4-1), Guillaume Hoarau trône plus que jamais en tête des goleadors de Ligue 2 avec 21 réalisations en 26 matchs. Une efficacité dont Paris ne pourra profiter qu'en juin prochain, après avoir laissé le joueur, recruté en janvier dernier, au HAC jusqu'à la fin de la saison.