Tout le monde est raide dingue de Gianluigi Buffon, l'extraterrestre de la Vielle Dame

FOOTBALL A 39 ans, Gianluigi Buffon continue de tutoyer les cieux...

A.L.G.

— 

Quand un roi adoube un petit prince.
Quand un roi adoube un petit prince. — CIAMBELLI/SIPA
  • Grand artisan de la victyoire des siens, Buffon est un monstre de professionnalisme
  • Qu'ils soient adversaires ou coéquipiers, tous sont fans du portier italien

Que les choses soient claires d’entrée. On ne va certainement pas remettre en cause la légitimité de la victoire d’une Juventus qui semble véritablement taillée cette saison pour postuler à la victoire finale en Ligue des champions (oui, on sait, il y a quand même un match retour à jouer et sur le papier rien n’est encore fait). Il n’empêche, si les hommes d’ Allegri ont montré leurs forces et fait le boulot, ils peuvent surtout remercier Gianluigi Buffon, encore auteur d’une partie incroyable, de les avoir sauvés à plusieurs reprises mercredi.

>> A lire aussi : Pour la deuxième fois, Gonzalo Higuain et Dani Alves crucifient le club du Rocher

La classe à l’italienne, la sobriété des très grands

C’est bien simple, à 39 ans, l’Italien continue de marcher sur la planète foot avec une décontraction folle, et sans jamais manquer de respect à son adversaire. Pour faire simple, ce mec pue la classe partout et en toutes circonstances. Pour bien mesurer l’impact de ce joueur dans le monde du ballon rond, il suffit de voir un peu les déclarations qui ont été faites à la fin du match face à Monaco. Coéquipiers, adversaires, tous sont dingues de cette légende vivante.

  • Leonardo Jardim : « Il y a eu deux gros arrêts de Buffon. Si on a manqué d’efficacité, c’est à cause de son travail. Il a fait deux ou trois arrêts incroyables. C’est pour cela que la Juventus n’a pas encaissé de but. »
  • Massimiliano Allegri : « Je suis content de Buffon. Gigi reste le n°1 mondial. Il a été très costaud. Il l’avait déjà été contre Barcelone. Comme le font les grands joueurs, il est décisif aux moments importants. »
  • Kylian Mbappé : « Buffon a sorti quelques parades ce soir. On connaît tous le grand gardien que c’est. On savait qu’il ne suffisait pas juste de tirer. Il fallait bien s’appliquer. J’ai essayé mais il a gagné cette première manche. C’est quelqu’un qui force l’admiration, il oblige les compliments. »
  • Giorgio Chiellini : « Nous avons su ne pas trop concéder d’occasions, même si nous en avons laissé passer quelques-unes […] Si nous avons gardé notre cage inviolée, c’est aussi grâce aussi à Gigi. »

Tu seras un homme mon fils

Impeccable à tout point de vue sur le plan purement sportif, comme d’habitude en fait, Gianluigi a aussi montré que c’était aussi un homme bon qui savait reconnaître le talent là où il était. Après avoir couvert Kylian Mbappé de louanges avant la rencontre (venant de Buffon, ce type de compliments prend alors tout son sens), il lui a montré le même respect en plein match.

En première période, alors que le gamin tapait un sprint pour devancer, en vain, le portier italien, ce dernier lui a glissé une petite tape sur la tête comme pour lui dire « t’inquiète petit, des gardiens, tu vas en martyriser un paquet. J’en fais peut-être même partie. » Ou quand un roi en adoube un autre. « Il m’a attendu et il a fait un geste de grande classe », a confié un Mbappé. Buffon-Mbappé, où quand les grands reconnaissent les grands…