Francis Joyon en passe d'exploser le record

Jérôme Capton - ©2008 20 minutes

— 

Quarante-huit jours après son départ de Brest, Francis Joyon a franchi hier l'équateur sur la route du retour dans son tour du monde en solitaire. Au dernier pointage, et à huit jours de son arrivée probable, le skipper du trimaran Idec comptait une incroyable avance de 12 jours sur le record détenu depuis 2005 par Ellen MacArthur (71 jours, 14 heures et 18 minutes). Une performance qui vaut déjà à Francis Joyon l'hommage de ses pairs. « C'est un vrai marin, avec un talent et une expérience énorme. C'est un gars impressionnant. J'ai un respect énorme pour lui », confie Ellen MacArthur. Mêmes louanges chez Loïck Peyron. « Il est hors norme, le pépère. Comme le dit Jean-Pierre Dick, Francis c'est le Chabal de La Trinité-sur-Mer (...) Ce qui le différencie des autres, c'est une capacité physique à toute épreuve », explique Peyron.

Conscient que la ligne d'arrivée est à la fois relativement proche (5 500 km), mais que la mer joue parfois de drôles de tour aux navigateurs, surtout lancés à cette vitesse, Francis Joyon reste humble. A 51 ans, il en a vu d'autres et apprécie de retrouver des endroits familiers. « En rentrant dans l'hémisphère Nord, j'ai l'impression de revenir à la maison, dans une zone connue où je suis passé des dizaines des fois (...). Le bateau a bien marché. Presque 800 km par jour, ça c'est de la voile ! », confie Francis Joyon, qui doit encore affronter le pot au noir avant de foncer vers la Bretagne.