Équipe de France: Varane veut se décoller de son image de «trop gentil»

FOOTBALL Il va falloir mettre des coups alors...

J.T.

— 

Raphaël Varane lors du match  amical Pays-Bas - France
Raphaël Varane lors du match amical Pays-Bas - France — PIERRE RAPHAEL

Absent du groupe France pour cause de blessure, Raphaël Varane suit avec attention les performances des Bleus. Sur le flanc, le défenseur du Real Madrid s’est longuement confié au journal « L’Équipe » sur l’équipe de France, les Merengue et son côté lisse. Morceaux choisis.

Son absence à l’Euro

« Ça ne m’a pas fait plaisir de ne pas être retenu. Didier Deschamps le sait. De mon côté, je peux comprendre sa décision. Nous en avons discuté. Ça ne sert à rien de revenir sur le passé. J’ai repris la saison avec la volonté d’enclencher une nouvelle dynamique. Maintenant j’ai envie de profiter. »

Ses objectifs avec les Bleus

« L’objectif est de gagner la Coupe du monde. Franchement, quand on voit les joueurs de très haut niveau qui ne sont pas appelés, on se dit qu’il y a de la qualité en équipe de France. Il y a un vrai fond de jeu, une solidité défensive, des attaquants qui créent le danger à tout moment. »

>> A lire aussi : Equipe de France: Varane doit (encore) se défendre d'être trop soft au marquage

Son image de défenseur trop tendre

« Je traîne cette réputation depuis le Mondial 2014 à cause du duel perdu contre Hummels. J’avais 21 ans. Depuis, j’ai beaucoup progressé. J’ai pris en masse musculaire. Dans l’impact, je veux y aller plus fort. J’ai surtout progressé dans le timing d’intervention. Après, il y a mon profil, il ne changera pas.

Je joue sur mes qualités de vitesse, de lecture du jeu et d’anticipation. Ça ne m’empêche pas de mettre le pied quand il faut. Regardez mon pourcentage de duels gagnés. Il n’est pas mauvais, je pense. »

Sa relation avec coach Zidane

« Il est arrivé en cours de saison et dû faire des choix rapidement. Cela a été difficile à vivre pour moi. A ce moment-là, j’aurais eu besoin de davantage d’explications. Nous avions des désaccords mais nous étions capables, l’un comme l’autre, de nous remettre en cause. Depuis, nous nous entendons très bien. »