Jeux paralympiques: C'est le jour J pour Marieke Vervoot, l'athlète Belge qui songe à l'euthanasie après Rio

PARALYMPIQUES «Malgré ma maladie, j’ai pu vivre des choses dont les autres ne peuvent que rêver»...

B.V.

— 

Marieke Vervoort à Doha, en 2015
Marieke Vervoort à Doha, en 2015 — Emilio Morenatti/AP/SIPA

Tous les athlètes participant aux Jeux paralympiques ont une histoire à raconter. Mais Marieke Vervoort peut-être un peu plus que les autres. L'athlète belge de 37 ans, qui participe au 400 mètres en fauteuil samedi, songe en effet à l'euthanasie - légale dans son pays - une fois les jeux de Rio terminés. Victime d'une maladie orpheline qui lui paralyse ses jambes, elle souffre le martyre quotidiennement depuis 20 ans.

>> A lire aussi : Jeux paralympiques: Marie-Amélie Le Fur démonte le record du monde et prend l’or en saut en longueur

«Tout le monde me voit heureuse avec la médaille d’or mais ils ne voient pas le côté sombre. Je peux souffrir énormément, dormir parfois seulement 10 minutes par nuit et tout de même aller chercher l’or» expliquait-elle à Stade2, qui lui a consacré un reportage avant les Jeux. 

Médaille d'or aux JO de Londres, Vervoort voit en Rio son «dernier souhait. Je m’entraîne très dur même si je dois lutter jour et nuit contre ma maladie. Sur mon fauteuil, mes frustrations s’en vont. J’espère finir ma carrière sur un podium à Rio.»

Et après? « J’arrêterai ma carrière après Rio. Après, nous verrons bien ce que la vie m’apportera et j’essayerai de profiter des meilleurs moments explique-t-elle dans L'Avenir. Je commence à penser à l’euthanasie. Malgré ma maladie, j’ai pu vivre des choses dont les autres ne peuvent que rêver ».

La championne pense d'ailleurs déjà à ses funérailles. « Je ne veux pas d’église, ni de café ou de gâteaux. Je veux que tout le monde ait une coupe de champagne à la main et une pensée pour moi ».