JO 2016: Les Français gagnent la médaille des mauvais perdants

RIO #EspritExcusespourries… 

B.V.

— 

Priscilla Gneto après sa défaite à Rio, le 7 août 2016
Priscilla Gneto après sa défaite à Rio, le 7 août 2016 — Markus Schreiber/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Rio,

« What a bunch of cry-babies». Il suffit parfois d’un brin de discussion avec un journaliste américain pour nous ramener à notre simple condition de Français. Au cas où l’on aurait subitement oublié qu’on appartient tous à la grande confrérie des 66 millions de pleureuses, de mauvais perdants, de chercheurs d’excuses, bref, de « sore losers », comme nous l’a bien répété trois fois notre condescendant collègue. On est comme ça, paraît-il. Nos sportifs n’ont pas manqué de le rappeler à ce gros relou et au monde entier sur ces premiers jours à Rio.

>> A lire aussi : Le consultant de France TV compare les gymnastes japonaises à Pikachu et s'attire les foudres de Twitter

Résumons rapidement pour les plus distraits :

> Si Garcia et Mladenovic ont perdu en double de tennis, c’est parce que la Fédé n’a pas mis les bonnes tenues dans leur sac

> Si Priscilla Gneto a été éliminée au premier tour en judo, c’est parce que la règle est trop sévère

> Si Pierre Duprat a été sorti au deuxième tour en judo, c’est parce que l’arbitre en voulait à la France

> Si la France féminine a perdu en hand contre la Russie c’est parce que « le parquet c’est une catastrophe »

> Si Camille Lacourt n’a fait que 5e de la finale, c’est parce que Sun Yang – qui n’était pas dans cette course – est dopé

On ne remettra pas ici en question le fond même des propos de chacun : s’ils se sont sentis obligés d’exprimer publiquement leur colère, c’est qu’ils en avaient besoin, à chaud, dans le tourbillon de désespoir d’une défaite au jeu. Après tout, nous aussi on a déjà perdu des gros matchs à Fifa, on peut saisir et respecter leur détresse, prise une par une. Mais c’est l’accumulation qui devient gênante. Au-delà de passer pour des mauvais perdants, ce n’est ni très olympique, ni très fair-play, ni très pro.

Ce n’est d’ailleurs pas tout à fait anodin si le DTN (directeur technique national) du Judo, Jean-Claude Senaud, à remis ceux qui dépendent de lui à leur place, lundi soir :

« Je ne veux pas entendre parler d’arbitrage. Ca fait partie du jeu, les arbitres sont des êtres humains, ils peuvent faire des fautes. La victoire, c’est les combattants qui la détiennent. Ceux qui gagnent ici  n’ont pas besoin de l’arbitrage. Oui j’en veux à Pierre, ça, je ne veux pas l’entendre ».

Son homologue du tennis Arnaud Di Pasquale n’a pas non plus loupé Kristina Mladenovic sur l’Equipe.fr. «Sur la forme, je leur en veux énormément. Elle a bien compris qu’elle n’aurait pas dû réagir de cette manière. [...]. Je comprends qu’on puisse être enragée, triste, déçue, et qu’on puisse en vouloir à la terre entière. On peut aussi s’en vouloir à soi-même ».

>> A lire aussi : T-shirt craqué, déménageur et gonflette, on a soumis un haltérophile à notre questionnaire débile

Le seul qui peut vraiment passer entre les gouttes des sarcasmes, c’est Camille Lacourt. Parce que le dopage est un problème trop évident, particulièrement en natation, pour qu’on n’encourage pas les athlètes à parler et dénoncer. Mais démonter en direct un mec qui est encore en train de poser pour les photos avec sa médaille, c’est moyen niveau timing. Si tu as envie de balancer, fais comme tout le monde : attends un mois et donne une interview de deux pages à L’Equipe. Ce sera peut-être moins panache, mais certainement plus efficace.

Bref, on a qu’à se dire que maintenant on ne cherche plus d’excuses pourries quand on perd. Ou alors carrément mieux : on gagne.