Pour Serge Blanco, le projet de Grand Stade n'est «pas remis en cause par la Cour des comptes»

RUGBY la Cour des comptes a pourtant rendu un avis défavorable...

A.M. avec AFP

— 

Serge Blanco au Stade de France le 15 août 2015.
Serge Blanco au Stade de France le 15 août 2015. — JEFFROY GUY/SIPA

La Cour des comptes pense que ce n'est pas franchement une bonne idée. Mais le projet de Grand Stade pour le rugby devrait quand même se faire. C'est ce que dit Serge Blanco, le vice-président de la Fédération française de rugby (FFR),  mercredi dans Sud Ouest . A la question de savoir si le premier coup de pioche sera donné en 2017 sur le site de Ris-Orangis, Serge Blanco a répondu: «On espère, on croise les doigts.» «La lecture (de l'avis défavorable) faite par beaucoup de personnes me semble faussée, parce qu'aujourd'hui la Cour des comptes ne remet pas en cause la construction du Grand Stade», estime Serge Blanco.

«Notre façon de faire n'est pas remise en question»

«Elle défend l'intérêt de l'Etat et, à ce titre, elle considère que le fait que la FFR construise son propre stade générera un manque à gagner pour le Stade de France», poursuit l'ancien arrière international. «Nos chiffres aujourd'hui ne sont pas remis en question, notre façon de faire n'est pas remise en question.»

Dans cet entretien, Serge Blanco fait également remarquer que «le grand problème du Stade de France, c'est l'absence d'un club résident». «A cause de cela, l'Etat a donné, de 1998 à 2013, entre 180 et 200 millions d'euros», explique Blanco. «Alors quand on dit que c'est le contribuable qui va supporter certaines charges (estimées à 23 millions d'euros) avec la construction du stade de la FFR, je dis non! Le contribuable subit ces charges depuis des années, parce qu'il n'y a pas de club résident.»

Lundi, la Cour des comptes avait émis un avis défavorable sur le projet de Grand Stade de la FFR, soulignant qu'il présentait pour l'Etat deux risques, «l'un budgétaire» pour le département de l'Essonne qui doit garantir à hauteur de 450 millions d'euros le montage financier, «l'autre patrimonial» pour le Stade de France. Elle recommandait donc la recherche «d'alternatives au projet». Le projet de la nouvelle enceinte de 82.000 places s'est invité dans la campagne pour l'élection à la présidence de le la Fédération prévue fin 2016.