Pays de Galles-France: Bruit dingue et beuverie, pourquoi Cardiff est LE déplacement du Tournoi

RUGBY Les Bleus de Guy Novès tenteront de rester invaincus dans le Tournoi des 6 nations vendredi...

Romain Baheux
Des supporters du pays de Galles à Cardiff le 16 mars 2013.
Des supporters du pays de Galles à Cardiff le 16 mars 2013. — ADRIAN DENNIS / AFP

Si on était David Smith, on aurait vraiment les boules. Non pas de rater une première cape avec le XV de France de Guy Novès, mésaventure arrivée à l'ailier de Castres finalement pas sélectionnable en Bleu, mais bien de louper un vendredi soir pendant un match du Tournoi des 6 Nations. S’il est sans doute trop tard pour poser un jour de congé et vous envoler vers Cardiff supporter le XV de France, en lice pour le Grand Chelem, contre le pays de Galles, voici pourquoi le Millennium Stadium est LE stade que vous devez faire une fois dans votre vie de passionné de rugby. Alerte hausse du taux de Gamma-GT.

Parce que c’est la folie dans le stade

On ne vous fera pas le coup classique du « c’est une enceinte britannique donc les spectateurs sont tous des esthètes qui encouragent jusqu’au bout leur équipe ». Si on ne retire aucun mérite aux supporters du XV du Poireau, l’ambiance de dingue qui règne dans le Millennium Stadium provient en partie du caisson de résonance formée par le toit du stade. Il sera d’ailleurs fermé vendredi pour protéger la pelouse des intempéries, et ça nous promet un bruit assourdissant : lors de la réception de l’Angleterre en 2015, des mesures avaient estimé que le niveau sonore s’élevait à 92 décibels de moyenne pour une pointe à 100 sur un essai gallois. Comme si on vous installait à 2 m d'un marteau-piqueur.

« Ce n’est plus un stade, c’est une salle de spectacle, ose l'ancien international tricolore Olivier Magne. C’est vraiment très difficile de communiquer avec les autres joueurs sur la pelouse. Comme les tribunes sont très proches du terrain, on entend bien ce qu’il s’y passe. » Et pas besoin de tendre l’oreille pour entendre vos voisins entonner un air de Tom Jones, dont les tubes sont repris pour pousser Jamie Roberts et ses potes.

Parce qu’on peut boire des coups très (trop) facilement

« Tu bois avant, pendant et après le match, raconte Rémy, venu à Cardiff le soir de l'exploit des Bleus contre les All Blacks en 2007. En fait, tu n’as pas l’impression qu’il y a une vraie rue de la soif parce que ça déborde un peu partout. » Calé dans le centre-ville de Cardiff, le Millennium est entouré à l'ouest par la rivière Taf, au sud par la gare ferroviaire, au nord par le château de Cardiff et à l’est par des rues bondées de pubs. « Bon, on n’a pas beaucoup vu le château », sourit Frédéric, supporter des Bleus.

Si on n’est pas trop branché vieilles pierres, mieux vaut se tourner vers les artères de la capitale galloise et notamment la St Mary Street, connue pour abriter quelques-uns des meilleurs rades de la ville. Pour la boisson, ne vous demandez pas pendant une heure si vous êtes plus mojito que caïpirinha : « Franchement, ça boit surtout des bières, se souvient Frédéric. L’ambiance y est très sympa avec pas mal de gens dans la rue. Ça m’a un peu rappelé l’ambiance des férias. » De quoi inciter les joueurs à se joindre à la bringue les soirs de grande victoire. En 2007, Rémy avait ainsi eu l’occasion de prendre la pose avec Vincent Clerc devant le Tiger Tiger, lieu connu pour abreuver abondamment les noctambules.

Vincent Clerc avec deux supporters français à Cardiff en 2007.
Vincent Clerc avec deux supporters français à Cardiff en 2007. - DR

Parce que c’est pour les vrais

OK, on aime le rugby, on boit des bières et on parle fort. C’est gentil, mais pas besoin d'aller à Cardiff pour faire tout ça non ? Non, mais tout y est encore plus intense. En 2012, le photographe polonais Maciej Dakowicz avait publié une série d’images, intitulant « Cardiff after Dark », montrant à quel point la ville s’enivrait de ses excès une fois le soir venu, entre fêtards déguisés/débraillés et visages rougis par l’alcool. Drôle et pathétique à la fois.


Maintenant que vous êtes briefé, partez sans crainte à Cardiff. Mieux, assumez carrément. « L’ambiance, c’est le gros argument de vente pour ce déplacement, explique l'agence Hemisphères Voyages. Pendant le Tournoi, c’est la troisième destination la plus demandée derrière Dublin et Edimbourg. Ça s’explique par le fait que certains partent en couple ou en famille en Irlande ou en Ecosse car Cardiff a moins d’attraits touristiques. On est plus sur des supporters qui viennent juste profiter du match. » Et de tout le reste.