Paris a-t-il trouvé la bonne formule ?

Sébastien Bordas - ©2007 20 minutes

— 

« C'est peut-être le vrai départ du PSG, avec un système en 4-3-3 qui a marché. » Loin de vouloir s'immiscer dans les choix tactiques de son entraîneur, le président Alain Cayzac, enthousiasmé par la prestation de son club mercredi soir au Mans (0-2), a salué l'option privilégiée par Paul Le Guen, que ce dernier a longtemps rodé lorsqu'il dirigeait l'Olympique Lyonnais.

S'il dit se « méfier des matchs références », Cayzac n'ignore pas que cette formule avait déjà été utilisée la saison passée par Le Guen, notamment le 1er avril à Lens. Dernier au coup d'envoi, Paris s'était alors imposé 2-1, avec des buts de Diané et Armand, les mêmes buteurs que mercredi dans la Sarthe. Reconstitué sur la pelouse du stade Léon-Bollée, le trio Diané-Frau-Luyindula a une nouvelle fois convaincu. « On a bien su contrer les Manceaux et on s'est créé davantage de situations favorables », s'est réjoui Le Guen. « Ce système nous permet de permuter avec Peguy et Pierre-Alain », explique Amara Diané, principale victime du choix de l'entraîneur dans le 4-4-2 classique. Les deux ailiers, dont la vitesse est l'atout n°1, peuvent également partir de plus loin, tandis que Luyindula, toujours aussi précieux dans la conservation du ballon, a tout le loisir de décrocher. Cette solution permet enfin à Jérôme Rothen, parfois sous-utilisé dans son couloir gauche, de prendre du poids dans l'axe.

Reste à savoir si Le Guen osera renouveler ce schéma dès dimanche contre Marseille, au Parc des Princes. « Peut-être que les joueurs sont plus à l'aise dans le système mis en place pour les matchs à l'extérieur », avance Grégory Bourillon. « On peut espérer que ce match soit un déclic », conclut pour sa part Le Guen, tout en sachant qu'une contre-performance face à l'ennemi historique replongerait le PSG dans ses doutes.