Coupe du monde de rugby: Trois bonnes raisons de se réjouir du sacre des All Blacks

RUGBY Les Néo-Zélandais ont dominé l’Australie ce samedi soir (34-17)…

Romain Baheux

— 

Les All Blacks fêtent leur essai en finale contre l'Australie le 31 octobre 2015.
Les All Blacks fêtent leur essai en finale contre l'Australie le 31 octobre 2015. — Tim Ireland/AP/SIPA

OK, les fesses françaises sont encore rouges de la fessée administrée par Dan Carter et ses potes. Mais à moins d’être d’un incroyable chauvinisme ou un supporter australien, on ne peut que se féliciter du titre de la Nouvelle-Zélande remportée ce samedi contre l’Australie (34-17). Explications.

Parce qu’ils jouent bien

Ils ont commencé en douceur avec un premier tour pas franchement exceptionnel et une victoire difficile contre l’Argentine. C’était pour mieux se roder. En quart de finale, la Nouvelle-Zélande a atomisé les Bleus (62-13) avant de livrer un match solide contre l’Afrique du Sud, puis de dominer l’Australie dans une finale dingue. Surtout, on a vu de superbes mouvements, à l’image de leurs essais inscrits contre les Wallabies. Le champion du monde est beau, contrairement à l’Afrique du Sud en 2007 par exemple, et nous a offert une impressionnante démonstration technique. Et ça, ça fait plaisir.

Parce que c’est logique

Plus de 90 % de matchs gagnés et un seul Four Nations laissé en route depuis leur titre de 2011, la Nouvelle-Zélande est LA nation dominante des quatre dernières années. Si le statut d’immense favori ne leur a pas toujours réussi (souvenez-vous 2007 et la défaite contre les Bleus en quart), les All Blacks avaient tout pour être sacrés : des joueurs d’expérience en forme comme Dan Carter, des jeunes brillants comme Milner-Skudder ou Savea, et un plan de jeu rodé. Tout simplement, l’équipe la plus complète.

All Blacks skills : NZL v FRA

Skill Level 10. Check out some of the skills from the All Blacks in their quarter final v France last weekend.

Posté par Rugby World Cup sur mardi 20 octobre 2015

Parce qu’ils marquent l’histoire

Les trois nations majeures de l’Hémisphere Sud étaient en position de le faire mais à choisir, on préfère que ce soit eux. Voir la plus mythique des équipes devenir la première à remporter trois titres mondiaux -et la première à le conserver- est la meilleure nouvelle possible pour un sport qui cherche encore à se développer. La vraie star du rugby est désormais au-dessus de ses concurrents au palmarès. On aura du mal à trouver quelqu’un pour s’en plaindre.