Incidents en Serbie: Des sanctions «pénalisantes et erronées», selon le sélectionneur albanais

FOOTBALL Un mois après l'affaire du drone survolant le terrain lors de Serbie-Albanie, Gianni de Biasi a jugé que les sanctions de l'UEFA contre son équipe n'étaient pas juste...

Nicolas Camus

— 

Le sélectionneur de l'Albanie, Giovanni De Biasi, en conférence de presse avant le match contre la France, le 13 novembre 2014 à Rennes.
Le sélectionneur de l'Albanie, Giovanni De Biasi, en conférence de presse avant le match contre la France, le 13 novembre 2014 à Rennes. — FRANCK FIFE / AFP

Au-delà du match amical de vendredi contre la France, l'actualité de l'équipe d'Albanie reste les graves incidents qui ont émaillé le match contre la Serbie, le mois dernier, à Belgrade. Un drone où était accroché un drapeau orné d'une carte de la «Grande Albanie», projet nationaliste visant à regrouper dans un même État les communautés albanaises des Balkans, avait survolé le terrain, obligeant l'arbitre à arrêter le match. L'UEFA avait ensuite décidé d'accorder la victoire à la Serbie sur tapis vert. «Pour moi, la décision de l'UEFA a été pénalisante et surtout erronée, a jugé ce jeudi le sélectionneur de l'Albanie, Gianni de Biasi. Elle a été prise pour ne pas prendre de position. Nous avons souffert sur le plan physique et psychologique.»

«Quand j'ai regardé le match à la télévision, je me suis rendu compte que les gens ont dû avoir une perception édulcorée de ce qui s'était réellement passé, a ajouté le technicien italien, dont l'équipe a également écopé de deux matchs à huis clos. L'UEFA vend un produit et fait en sorte de le vendre du mieux qu'elle peut. On essaye d'oublier ce qui s'est passé à Belgrade et on doit aller de l'avant pour oublier ces incidents.»

Les tensions dans les Balkans relancées

L'apparition du drapeau albanais avait provoqué une explosion de colère des supporteurs serbes dont certains ont lancé des fumigènes sur la pelouse et d'autres objets. Une énorme bousculade s'en était suivie avec des scènes de pugilat entre joueurs et spectateurs.

Ces violences ont encore un peu plus exacerbé les tensions entre la Serbie et l'Albanie. Les deux pays entretiennent dans la région des relations toujours hostiles en raison de différends historiques et récents comme sur le Kosovo, ex-province serbe peuplée en majorité d'Albanais, qui a proclamé unilatéralement son indépendance en février 2008.