Grand Prix du Japon: Jules Bianchi «grièvement blessé à la tête»

FORMULE 1 Le Français Jules Bianchi (Marussia), victime d'une sortie de piste...

© 2014 AFP

— 

Le pilote français de Maurssia Jules Bianchi, en marge des essais libres du Grand Prix de Monaco, le 22 mai 2014 à Monte Carlo
Le pilote français de Maurssia Jules Bianchi, en marge des essais libres du Grand Prix de Monaco, le 22 mai 2014 à Monte Carlo — AFP

Le Français Jules Bianchi (Marussia), victime d'une sortie de piste dans les derniers tours du Grand Prix du Japon de Formule 1, est «grièvement blessé à la tête», a indiqué la Fédération internationale de l'automobile (FIA), dimanche soir à Suzuka.

Un scanner «montre qu'il souffre d'une grave blessure à la tête». Il est «actuellement opéré et sera ensuite transféré en soins intensifs pour être surveillé.

L'hôpital général de Mie diffusera un bulletin de santé dès que des informations seront disponibles», conclut la FIA.

Ces informations concordent avec celles données par son père Philippe, un peu plus tôt à la chaîne de télévision France 3: «Jules est dans un état grave. Il est en train d'être opéré d'urgence pour un hématome à la tête et il faudra attendre 24 heures pour en savoir plus.»

Le pilote français «a perdu le contrôle de sa voiture» pendant qu'un «engin de levage mettait en sécurité, derrière le rail de sécurité», la Sauber d'Adrian Sutil, précise la FIA dans un communiqué qui détaille les circonstances de l'accident.

La Marussia de Bianchi a alors «traversé la zone de dégagement et heurté l'arrière du tracteur», ajoute la FIA, puis le pilote a été sorti de sa voiture par une «équipe d'extraction» et emmené en ambulance, après un bref passage au centre médical du circuit, à «l'hôpital général de Mie», situé à Yokkaichi.

La course a été définitivement interrompue, et remportée par le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), avec un classement général final après 44 tours couverts.

C'est la sortie de piste de Bianchi qui a provoqué la dernière neutralisation de la course, au 44e tour, quand la voiture de sécurité est ressortie des stands suivie de la voiture médicale qui s'est rendue immédiatement sur le lieu de l'accident.

Les voitures étaient donc en course au 43e tour, quand Bianchi est sorti de la piste, et pendant que l'engin de levage procédait à l'évacuation de la Sauber d'Adrian Sutil, sortie de la piste au 42e tour.

«Je ne veux faire aucun commentaire», a déclaré Sutil, indemne mais visiblement secoué, à son retour dans le paddock. Aucune image de l'accident de Bianchi, sur une piste détrempée, n'a été diffusée par les écrans de contrôle sur le circuit de Suzuka. Il semble que sa Marussia a glissé à vive allure sur la zone de dégagement située au virage numéro 7, appelé «courbe Dunlop».

Le pilote français, inconscient, était encore dans son cockpit, le casque enlevé, quand les sauveteurs lui ont appliqué pour la première fois un masque à oxygène, puis il a été embarqué sur une civière et en ambulance.

La plupart des photographes qui avaient passé la course à cet endroit-là étaient déjà partis vers le podium, car le Grand Prix était quasiment terminé suite à cette nouvelle sortie de la voiture de sécurité à moins de dix tours de la fin, sur une piste très glissante où il se remettait à pleuvoir.