PSG-Barcelone: Et si Beyoncé et Jay-Z étaient les meilleures recrues parisiennes?

FOOTBALL Les deux stars américaines ont été mitraillées par les photographes mardi soir au Parc des Princes…

Antoine Maes

— 

Beyoncé et Jay-Z au Parc des Princes lors de PSG-Barcelone, le 30 septembre 2014.
Beyoncé et Jay-Z au Parc des Princes lors de PSG-Barcelone, le 30 septembre 2014. — FRANCK FIFE / AFP

Pas sûr qu’ils soient rentrés par la Ligne 9. Ni qu’ils se soient arrêtés vider un godet aux Trois Obus. Mais Jay-Z et Beyoncé semblent avoir bien profité de leur soirée de mardi, au Parc des Princes. Attraction de la soirée en tribunes lors de PSG-Barcelone, «le couple le plus en vogue du moment» comme le présente le club, a serré les paluches de David Beckham et échangé quelques mots avec Nicolas Sarkozy. Ils ont même regardé le match, sans avoir forcément l’air de tout comprendre.

Au-delà des sourires, c’est aussi un superbe coup pour le club et sa politique marketing. «On est dans la logique de la stratégie du club, qui vise à faire du PSG une franchise sportive, soit beaucoup plus qu’un club, explique Virgile Caillet, directeur de Kantar Sport. Et dans cette logique, ça veut dire une présence à l’internationale, ça veut dire devenir the place to be, à la manière de la NBA. On est dans cette dimension».

Pour cet expert du marketing sportif, il faut voir bien au-delà d’un petit coup de pub exceptionnel. Au point que son agence est en train d’analyser le nombre de fois où le nom de Beyoncé a été associé à celui du PSG depuis le match. «Je ne suis même pas certain que le club soit à l‘initiative. Etre au Carré aujourd’hui c’est quelque chose de privilégié. Ce n’est pas étonnant qu’on voie autant d’hommes et de femmes politiques de tout bord», reprend Virgile Caillet.

Retrouvez notre diaporama «Les VIP de Paris»

Evidemment, il y a peu de chances de voir débarquer George Clooney pour un match contre Evian, «même si c’est de plus en plus difficile d’obtenir des places dans ce qu’on appelait la Corbeille il y a quelque temps», raconte un habitué. Au point que la bataille est devenue aussi féroce que celle qui s’engage tous les ans pas très loin du Parc des Princes pour des places à Roland-Garros. «D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si plusieurs personnes aux plus hauts postes au PSG ont travaillé à la fédé de tennis et sur Roland Garros», ajoute Virgile Caillet.

Si on doute que Beyoncé et Jay-Z aient payé leur billet, il n’est d’ailleurs pas certain que le PSG ait sorti le carnet de chèque pour les attirer. Virgile Caillet: «Ils n’en ont pas besoin. Si elle est là c’est parce que ça en vaut la chandelle. Et c’est parfaitement orchestré: on n’est pas dans une loge avec des petits fours, on regarde le match. Ce n’est pas trop VIP». Si c’était le but, les Trois Obus, c’était bien aussi.