Coupe du monde 2014: Karim Benzema à gauche, ça pose un problème?

FOOTBALL L’attaquant du Real Madrid n’a pas été exceptionnel aux côtés d’Olivier Giroud en attaque…

B.V, à Ribeirao Preto

— 

Karim Benzema face au Nigeria, le 30 juin 2014
Karim Benzema face au Nigeria, le 30 juin 2014 — Ricardo Mazalan/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Ribeirao Preto (Brésil)

Leur association avait démantibulé les défenses de la Jamaïque (8-0) et de la Suisse (5-2). Face au Nigeria, lundi, elle a contribué à mettre l’équipe de France en difficulté. Benzema et Giroud ensemble, «ça peut marcher, ça a marché», soutient Deschamps, mais pas à tous les coups. Lors du huitième de finale, les Bleus n’ont eu aucune relation technique, n’ont jamais pesé sur la défense et ont livré Patrice Evra à lui-même en défense sur le côté gauche.

Le problème n’est pas une question de complémentarité, mais d’équilibre collectif. La présence d’Olivier Giroud repousse Benzema sur le côté, loin de l’axe qu’il chérit. Ce n’est pas lui faire un procès d’intention que de dire qu’il n’aime pas ça et que ça se voit. Le meilleur joueur français depuis le début de la compétition a été discret offensivement et n’a surtout quasiment pas contribué au travail défensif, donnant presque l’image d’un joueur qui boude. «Je n’ai pas trouvé, c’est votre impression», coupe Deschamps.

«Ce n’est pas une nouvelle qu’il préfère l’axe»

Il n’empêche: beaucoup plus incisif après l’entrée de Griezmann, une fois qu’il a retrouvé l’axe, Benzema estimait après la rencontre que l’équipe a trouvé grâce au joueur de la Sociedad «un peu plus de profondeur». L’air de dire, pour ceux qui n’avaient pas encore compris, qu’il préfère cette configuration-là. Là aussi, Deschamps tempère: «Il y a eu deux mi-temps différentes et les Nigerians ont moins défendu en deuxième, analyse-t-il. Mais c’est une nouvelle ni pour vous, ni pour moi, qu’il préfère l’axe. Je le sais depuis longtemps.»

Pas prêt à abandonner l’association Giroud-Benzema – «ce n’est pas parce qu’elle a marché deux fois qu’elle va marcher la troisième, et ce n’est pas parce qu’elle ne marche pas une fois qu’elle ne va pas marcher la fois d’après» - Deschamps estime que la question est surtout celle «de la situation du match et de l’adversaire». «Si on a le ballon il n’y a pas de problème car il n’y a pas à défendre, analyse-t-il. Mais quand on ne l’a pas, ça demande des efforts plus importants.» Que Karim Benzema n’a pas fait face au Nigeria. Contre l’Allemagne, a priori, les Bleus seront dans une situation où il faudra défendre. Et c’est peut-être Olivier Giroud qui en fera les frais.