Ligue 1 : Pierre Ménès n'est pas ému «un dixième de seconde» par le communiqué du Losc

FOOTBALL Le journaliste répond au club nordiste qui l'a attaqué personnellement dans un communiqué...

Francois Launay

— 

Le consultant Canal+ Pierre Ménès, le 22 mai 2011 sur le plateau du Canal Football Club.
Le consultant Canal+ Pierre Ménès, le 22 mai 2011 sur le plateau du Canal Football Club. — FRANCK FIFE / AFP

C’est par un communiqué long comme le bras que le Losc a décidé de répondre à Pierre Ménès. Lassé des critiques incessantes du consultant foot de Canal + sur le jeu lillois, le club nordiste s’est lâché sur son site officiel. La raison de ce courroux étonnant à trois jours d’un match décisif à Lorient? La réflexion du journaliste lâchée dimanche sur le plateau du Canal Football Club qui a fortement déplu aux dirigeants nordistes. Alors qu’il commentait la blessure de Cabaye sur un tacle de Martin lors de Losc-PSG (1-3), Ménès s’en est pris directement à René Girard, l’entraîneur lillois. «Ce n’est pas la première fois cette saison qu’on voit des gestes plus que limites avec les joueurs de Lille. J’ai du mal à croire que la personnalité de son entraîneur y soit totalement étrangère» a déclaré le journaliste qui répond à son tour aux attaques lilloises.

Quelle est votre réaction après le communiqué du Losc qui règle ses comptes avec vous?

C’est tellement symptomatique du football français. Quand on dit du bien d’un club, c’est normal et quand on le critique, on dit qu’on est un bon à rien. C’est vraiment n’importe quoi mais ça ne m’émeut pas un dixième de seconde. J’ai dit que l’équipe du Losc commençait à être à l’image de son entraîneur. Il faut croire que le club est en train de devenir pareil. C’est dommage.

Avez-vous un problème personnel avec René Girard?

Je n’aime pas la façon dont il fait jouer le Losc et je n’aime pas non plus l’agressivité qu’il dégage à titre personnel ni l’agressivité qu’il inculque à ses joueurs que ce soit à Montpellier ou à Lille. J’ai trouvé sa déclaration après la blessure de Cabaye, samedi à Lille, choquante, scandaleuse et déplacée. C’est encore mon droit et mon métier de le dire. Et si ça ne leur plaît pas, ce n’est pas bien grave. En France, il y a un truc qui s’appelle la liberté d’expression. Et puis, il ne faut pas mentir aux gens. Il ne faut pas dire que j’ai manqué de respect à l’homme car quand il dit que je dois "rester sur mon gros cul", je ne sais pas ce que ça veut dire. Que ces gens-là balaient devant chez eux et si, avec le week-end qui les attend à Lorient, leur seule préoccupation est de faire un communiqué sur ma pomme, c’est qu’ils n’ont rien compris.

Avez-vous appelé le Losc pour vous expliquer?

Les appeler? Mais pourquoi faire? Je respecte la liberté d’expression des gens. je n’aime pas ce qu’ils font et ils n’aiment pas ce que je fais, c’est tout. Après, qu’on ne dise pas que j’ai insulté l’homme car ce n’est pas vrai. Je n’ai rien contre lui. D’ailleurs quand il était en fin de carrière de joueur à Nîmes, je l’appréciais plutôt. Mais je n’aime pas l’agressivité qu’il dégage et qui apparemment est contagieuse. Et puis avant, tout le monde me trouvait formidable à Lille avec Rudi Garcia. Je disais que c’était l’équipe qui me donnait le plus de plaisir. Bizarrement, à cette époque, il n’y a pas eu de communiqué pour dire que j’étais un journaliste formidable et un grand connaisseur de foot. Mais bon, à choisir, je préfère cette polémique plutôt que Marvin Martin ait cassé la cheville de Cabaye. Même si, quand je lis les commentaires des supporters lillois, j’ai l’impression que tout le monde a oublié que Cabaye avait été un grand joueur du Losc. Mais bon, les gens n’ont pas de mémoire dans le foot. D’ailleurs, si le Losc recrute demain deux super joueurs et qu’on recommence à prendre du plaisir, je le dirais même si c’est Girard sur le banc.

Pourtant René Girard a été élu dimanche par ses pairs comme le meilleur entraîneur de Ligue 1…

Oui mais à mon avis, il ne fallait pas récompenser l’entraîneur du PSG car c’est beaucoup trop facile. Même chose pour l’entraîneur de Monaco. Et puis, il ne fallait pas récompenser l’entraîneur de Lyon parce que c’est Aulas. Mais bon, à la limite je m’en fous. D’ailleurs j’ai fait une vanne ce matin sur le départ de Rémi Garde. J’ai dit que c’était un dommage collatéral du trophée décerné à Girard (rires).