FC Nantes: Filip Djordjevic a refusé de s’entraîner

A Nantes, David Phelippeau

— 

NANTES, le 24/11/2013 DJORDJEVIC, lors du match FCN MONACO
NANTES, le 24/11/2013 DJORDJEVIC, lors du match FCN MONACO — F. ELSNER / 20 MINUTES

Il est vraiment déterminé. Dimanche, vexé de ne pas avoir été retenu dans le groupe pour le déplacement à Toulouse, l’attaquant nantais Filip Djordjevic s’est lâché dans les colonnes de Presse-Océan. «Je suis dégoûté, a confié celui qui revient tout juste d’une grosse entorse au genou. Je voulais simplement jouer à Toulouse quelques minutes, voire quelques secondes dans le temps additionnel, pour fêter ma 200e à la Beaujoire face à Saint-Etienne (samedi). Après sept saisons au club, je trouve que je méritais un peu plus de respect. J'ai toujours tout donné pour le club. C'est décidé, je ne jouerai pas contre Saint-Etienne et à Bastia. Je suis en vacances. Je ne reviendrai pas sur ma décision. C'est terminé pour moi…»

Djordjevic en veut beaucoup au coach

Le Serbe en veut énormément à son coach Michel Der Zakarian. Ce mardi matin, il était bien présent à la Jonelière (tout comme lundi matin) mais il a refusé de s’entraîner prétextant une douleur au genou. Il s’est contenté de courir. Cette attitude a beaucoup choqué l’entraîneur Michel Der Zakarian, qui avait expliqué, dimanche soir, après le nul à Toulouse, que c’était lui le patron et que si Djordjevic voulait jouer 200 matchs avec Nantes avant son départ pour la Lazio de Rome, «il pouvait faire Saint-Etienne et Bastia (les deux ultimes rencontres de L1 cette saison pour les Canaris)».

Des festivités autour de Djordjevic annulées?

Le joueur, dont le comportement est fustigé par les supporters sur les réseaux sociaux, ne veut plus rien entendre et campe sur ses positions. Un rendez-vous est prévu demain matin entre Djordjevic, Der Zakarian et le directeur général délégué du club, Franck Kita. «C’est insoluble», nous a-t-on glissé ce matin en interne. Le joueur ne peut par ailleurs pas être sanctionné car il se présente tous les matins au centre d’entraînement. Samedi, la direction du FC Nantes avait prévu depuis longtemps de fêter l’ultime match à la Beaujoire d’un joueur qui porte le maillot jaune et vert depuis plus de six ans. A ce jour, les festivités ont du plomb dans l’aile.