Le descendeur français David Poisson, lors d'un entraînement aux JO de Sotchi, le 8 février 2014
Le descendeur français David Poisson, lors d'un entraînement aux JO de Sotchi, le 8 février 2014 — OLIVIER MORIN / AFP

SKI ALPIN

Sotchi 2014: Interview «télésiège» avec le descendeur David Poisson

En lice ce dimanche pour la course de sa vie, le skieur se prête au jeu de l'interview vérité...

Pour mieux faire connaissance avec les athlètes, on leur a demandé d’enlever le casque et de montrer les yeux derrière leurs lunettes. David Poisson, descendeur de l’équipe de France en lice dimanche matin pour la course de sa vie, répond aux questions existentielles du ski alpin. Interview télésiège.

Plutôt gants ou moufles? Plutôt gants. J’ai essayé les moufles une année, on s’est foutu de ma gueule. J’aime bien me servir un peu plus de mes doigts. Même gamin. Et puis c’est tout con, mais à l’entraînement, si tu veux ouvrir les crochets de tes chaussures, avec des moufles tu en chies un peu.

Votre dernière chute au tire-fesses? Pas récemment. Ça doit faire un moment. Peut-être une dizaine d’années. Généralement quand ça arrive, tu te relèves discrètement ou tu fais style que tu as un truc à aller chercher. Enfin tu t’arranges.

Plutôt fuseau ou pantalon large? Je fais du ski mais je ne suis pas très fuseau. Quand on est petit, on n’a pas le droit à la combinaison. Je suis plutôt pantalon large. Même pour aller skier comme ça, c’est plus confortable. En compète, c’est autre chose.

Vin chaud ou verveine? J’ai très honte de le dire, mais plutôt verveine. J’étais vin chaud. Mais ces derniers temps ce n’est plus le cas.

Du hors-piste de temps en temps? Dès que je peux. Il y a plein de choses qui devraient être interdites, mais pour nous, rien ne l’est. J’en profite, je suis un amoureux de ski. Quand on peut se régaler en poudreuse, on y va. Normalement on n’a pas le droit, mais par définition, le hors-piste est un espace de liberté. Je sais que je prends un minimum de risque. S’il m’arrive une blessure je vais en entendre parler pendant un moment. J’y vais quand les conditions sont bonnes, en forêt parce qu’il y a moins de risques d’avalanche.

Le télésiège, c’est un bon plan pour draguer? Ça n’a jamais marché pour moi ou alors je ne m’en suis jamais rendu compte.

Bonnet à pompon ou cache-oreilles? Bonnet à pompon. Par rapport au cache-oreilles, il n’y a pas photo.

Moon-boots ou après-ski classiques? Plutôt après-ski classiques. Les Moon-boots, ce n’est plus trop à la mode.