Ligue 1: Coup d’arrêt brutal pour le FC Nantes face à Lille

David PHELIPPEAU à Nantes

— 

Lille s'est imposé à Nantes 1-0, le 25 octobre 2013.
Lille s'est imposé à Nantes 1-0, le 25 octobre 2013. — J.S. EVRARD/AFP

Vendredi soir, le FC Nantes, quatrième de Ligue 1, a sans doute mesuré le chemin qu’il lui reste à parcourir pour regarder dans les yeux les ténors de l’élite. Sur sa pelouse, le promu nantais a subi l’impact physique d’une équipe nordiste qui n’a pas encaissé de but depuis 585 minutes. Habitués à faire la loi au milieu du terrain depuis plusieurs matchs, les Deaux et Touré n’ont jamais réussi à soutenir la comparaison avec les Mavuba, Gueye ou encore Balmont.

>> Revivez le match en live-comme-à-la-maison ici

Sans pourtant concéder pléthore d’occasions nettes, les hommes de Michel Der Zakarian ont fini par céder juste avant la mi-temps (but de Roux). L’entraîneur des Canaris reconnaît la qualité adverse mais regrette que le but lillois soit entaché d’un hors-jeu… «On a joué une grosse équipe. Dans tous les domaines, Lille c’est solide. Après Paris, c’est l’équipe qui nous a posé le plus de problèmes. On a eu du mal à récupérer les ballons. On les a trop respectés en première mi-temps. Ce qui m’ennuie, c’est de perdre sur un but hors-jeu.»

L'expérience lilloise du haut-niveau

De concert, les Nantais, qui ont vu leur défenseur central Papy Djilobodji expulsé à six minutes de la fin, reconnaissent leur timidité de la première mi-temps. «On n’a pas osé jouer», avoue le milieu de terrain Lucas Deaux, moins actif et précis que lors des précédentes sorties. «On était trop timorés. On les a trop respectés comme Paris ici [défaite 1-2 fin août].» Le gardien nantais Rémy Riou analyse avec beaucoup de lucidité ce revers: «Les Lillois ont gagné à l’expérience. Ils ont su influencer l’arbitre quand il le fallait. Ils sont su bien gérer les temps faibles et les temps forts. Malgré tout, on a fait un match cohérent et on a su inquiéter une grosse équipe du championnat.»

Lille a vacillé en deuxième période mais n’a pas rompu devant les assauts sporadiques et désorganisés des Nantais. «On retient qu’on n’a pas lâché, positive Jordan Veretout. Il y a deux ans, on aurait pris une valise et lâché.» Les Canaris n’auront en tout cas pas le temps de gamberger. Dès mardi soir, ils accueilleront Lorient en Coupe de la Ligue.