NBA: Parker donne l’avantage aux Spurs grâce à un tir incroyable

R.A

— 

Le meneur des San Antonio Spurs Tony Parker lors du match contre les Golden State Warriors le jeudi 16 mai 2013.
Le meneur des San Antonio Spurs Tony Parker lors du match contre les Golden State Warriors le jeudi 16 mai 2013. — ANDREW D. BERNSTEIN / NBAE / Getty Images / AFP

Il va bien falloir que de part et d’autre de l’Atlantique, on réalise un jour que Tony Parker est probablement le meilleur meneur de jeu de la ligue. Les Spurs devançaient les Floridiens de 2 points (90-88) à 5.2 secondes du terme, lorsque le Français rentre un panier improbable, avec la planche, en tombant, à 1 centième de la fin de la possession (il a fallu plusieurs visionnages des arbitres pour le valider). "J'ai cru que j'allais perdre la balle trois ou quatre fois", en rigole l'intéressé au micro de RMC. L’action du match (voir vidéo ci-dessous), qui peut s’avérer décisive pour la suite de la série, les Texans récupérant désormais l’avantage du terrain.

Menés les trois-quarts du match

Le Heat de Miami était pourtant devant du début jusqu’au cours du quatrième quart-temps, grâce principalement à la star LeBron James, auteur d’un triple-double (18 points, 18 rebonds et 10 assists). Dwyane Wade, pourtant en difficulté lors de la série précédente face à l’Indiana, a joué son rôle de facteur X et achève ce match avec 17 points.

Considérer alors le match comme déjà gagné par les champions en titre serait occulter l’expérience des triples vainqueurs NBA que sont Gregg Poppovich et ses fidèles soldats (Tony Parker, Tim Duncan, Manu Ginobili), déjà présents en 2003, année de leur première bague. Outre TP, Duncan (20 points, 14 rebonds) remporte le duel des pivots face à Chris Bosh (13 points, 5 rebonds), comme le prédisait Ruddy Nelhomme à 20 Minutes.

TP Network

Une partition récitée Parker. Comme à l’accoutumée cette saison, le point-guard des Bleus finit meilleur marqueur de la rencontre, avec 21 points (et 6 assists). Erik Spoelstra n’a rien pu mettre en place pour mettre à mal la connexion entre le numéro 9 et Duncan. Un succès texan était de toute façon inconcevable sans un Tony Parker de gala. A charge pour les Chris Paul, Derrick Rose, Russell Westbrook, Rajon Rondo et leurs compatriotes américains de finir par accepter que le meilleur meneur de NBA n’est pas forcément un des leurs…


(Match 2 à San Antonio, dans la nuit de samedi à dimanche, à 2h)